08/11/2007

Sera-t-il encore possible de former un gouvernement orange bleue?

Même si les négociateurs de l'orange bleue semblent vouloir s'accorder le temps de la réflexion en évitant de tapageuses déclarations sur l'avenir d'Yves Leterme et de cette négociation, je ne crois pas qu'il sera possible de poursuivre cette négociation comme si de rien n'était.  L'indignation est grande, non seulement chez les politiques mais également dans la population francophone. 

Depuis quelques heures, il semble clair que le PS ne va pas manquer de tout faire pour reprendre une place dans la pièce de théatre, il exige un terme à cette négociation.  Comment ignorer ses appels, après l'explosion d'une telle bombe institutionnelle?  Il est quasi certain qu'il ne manquera pas de torpiller autant que faire se peut, une coalition qui laisse pour la première fois depuis longtemps, son parti à l'écart.  Au passage, il me semble qu'il devrait arrêter de se gargariser des vingt ans de paix linguistique, dont il semble s'enorgueillir.  Ce qui s'est passé hier, est sans aucun doute le résultat d'une radicalisation des politiques flamands suite au déficit de gestion de l'économie francophone...même si cela n'excuse rien.

Du côté flamand, on fait mine de croire que tout ceci ne portera pas à conséquences.  Pour Jo Vandeurzen, Yves Leterme peut continuer comme formateur et il n'est même pas prêt à revoir les revendications communautaires de son parti à la baisse.  En gros, il ne se serait presque rien passé. 

C'est pourtant à un coup de force historique que nous avons assisté ce 7 novembre 2007.  La négation même de la démocratie.  Car que les choses soient claires, la démocratie, ce n'est pas la prise de pouvoir d'une communauté démographiquement plus importante sur une autre communauté, qui devrait se soumettre.  En Belgique, les problèmes jusqu'à hier, se sont toujours réglés par la concertation.  En franchissant ce rubicon, la classe politique flamande a rompu le lien qui unissait tous les belges. 

Après celui-ci, nous pouvons légitimement nous interroger sur le fait de savoir si nous vivons encore en démocratie en tant que francophone?  S'il semble impossible de résister au poids démographique flamand, il s'agit alors d'entrer en résistance.  Rien de moins. 

 

14:45 Écrit par Philip Hermann dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bhv, leterme, di rupo |  Facebook |

Commentaires

en résistance? j'y suis déjà

Écrit par : deborah | 08/11/2007

tien encore un vous vous multipliez sur la toile comme dans la vie réelle. incroyable que les blogs servent d'affiches campagnardes...c'est vrai que c'est gratos.
sinon pour l'actu, je dis tout sur mon blog aussi.
bonne soirée cher mr

Écrit par : jojo | 08/11/2007

Merci pour ces visites... @Déborah: je vois ça, je crois que nous sommes bien plus de deux ;-)
@jojo: cela fait un bout de temps déjà que ce blog a débuté, lol...et les campagnes sont déjà loins...les précédentes comme celles à venir. Lol

Écrit par : Philip Hermann | 08/11/2007

Résistance... enfin ce mot !!!!

Écrit par : Charlier Jambe de Bois | 08/11/2007

Résistance contre cette "démocratie" à sens unique.
Nous ne devons plus être les laissés-pour-compte de ces politiques flamingants.

Écrit par : fanane | 08/11/2007

Les commentaires sont fermés.