10/11/2007

Qui fait encore confiance à Yves Leterme?

Avec une question similaire, Yves Leterme et le CD&V/N-VA a eu raison de Guy Verhostadt lors de ces dernières élections.  Aujourd'hui, elle semble se poser avec de plus en plus d'acuïté à la personne, qui la posait pendant la campagne électorale, et particulièrement dans les médias flamands?

La grenade institutionnelle balancée ce vendredi par Jo Vandeurzen et son compère Bart De Wever pour faire avorter le projet royal (sans doute suggéré pourtant par Monsieur 800 000 voix, après l'avoir été par Jean-Luc Dehaene, lui-même) de séparer l'exercice de formation d'un gouvernement et la réforme institutionnelle, place ce pays dans l'impasse.

Le président du cartel semble ignorer les appels de plus en plus pressants de la population et des médias à la nécessité de former un gouvernement, qui traite des problèmes des gens.  Inversant de manière hallucinante les rôles après ce vote indigne en commission, le cartel exige aujourd'hui des garanties et assurances quant à une réforme de l'état: donnons les!!!Moqueur

Faudrait-il pour autant abdiquer la défense des intérêts francophones...là, je crois qu'il ne faudrait pas que Monsieur Vandeurzen ne prenne ses rêves ou ceux de la N-VA pour la réalité.  Si les négociateurs francophones de l' Orange bleue et particulièrement Didier Reynders, n'ont pas cédé aux dictats séparatistes pendant 150 jours, ils ne seront sans doute pas plus conciliants après ce coup de force indigne en commission de l'intérieur, ni même après ces pathétiques dernières rodomontades médiatiques.  Le cartel ne pourra faire l'économie d'un retour aux réalités: plus il s'entête, plus celui-ci fera mal!!!  LOL

Tant que la Belgique sera une démocratie, les solutions institutionnelles ne pourront exister que comme des compromis acceptés par une majorité tant en Flandres que dans le monde francophone.  Si ces réformes se veulent constitutionnelles, c'est alors d'une majorité des deux-tiers dont il faudra disposer.  Hors de cette arithmétique politique élémentaire, point de salut que le négociateur ait 800 000 voix ou 1 million, voire 2... pas de salut.

Combien de temps, les tenants des thèses les plus jusqu'au boutistes et donc les plus improbables resteront populaires en Flandres?  Voilà la seule question, qui reste encore mystérieuse!!! LOL  En réglant son pas sur celui de la NVA, le CD&V ne manquera pas d'apparaître comme un strict parti d'opposition sans autre solution à proposer qu'une intenable et parfaitement stérile guerrilla entre communautés?

Chapeau Didier Reynders!!!  Du génie politique à l'état pur!!! Mort de rire

22:05 Écrit par Philip Hermann dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gouvernement, vandeurzen, mr, didier reynders, yves leterme |  Facebook |

Commentaires

Tant que le CD&V restera allié à la très fasciste N-VA du führer De Wever rien ne sera plus possible en Belgique, attendons donc un filet d'intelligence de ce cher Leterme, ou alors qu'il s'en aille cultiver son jardin ...

Écrit par : Charlier jambe de bois | 11/11/2007

*oo* Juste une petite intrusion qui n'a rien de politique, simplement pour te remercier de ton invitation sur "existe" :-)
Belle soirée...

Écrit par : Loo | 11/11/2007

Je ne suis pas loin de penser comme vous... Au fil des posts sur ce blog, chacun a pu comprendre que je n'étais pas franchement un admirateur de Bart De Wever ou de la NVA.

Ce qui me semble incompréhensible, c'est que personne au CD&V ne semble pouvoir amener Bart et ses cinq députés à la raison. Il semble pouvoir dicter au formateur, à Jo Vandeurzen et à tout ce qui compte encore au CD&V (Jean-Luc Dehaene, Hermann Van Rompuy, Eyskens, Maertens, entre autre) la marche à suivre. Je ne peux croire que le CD&V soit devenu majoritairement séparatiste...car il est clair qu'aujourd'hui ces remous communautaires ne profite qu'à ceux qui ont un tel dessein.

5 députés, cela ne permet même pas de former un groupe à l'assemblée...et tous les négociateurs semblent suspendus aux lêvres dont les récentes prises de position sur la Shoah sont pour le moins nauséabonde.

Il semblerait que le sommet du discrédit politique en Flandres serait d'être taxé de mauvais flamand...C'est du racisme linguistique qui n'épargne pas des personalités comme De croo, qui ne prononce pas assez bien le "sch", le roi et la famille royale, soi-disant pas assez "bilingue", et toute personne qui ne poursuivrait pas quoiqu'il en coûte le dessein de placer la flandres au dessus de tout.

Écrit par : Philip Hermann | 11/11/2007

Les commentaires sont fermés.