21/11/2007

Pour le dire simplement...

A la place d'attendre un geste de conciliation qui ne venait pas, le MR a préféré prendre ses responsabilités et admettre dans les débats télévisés de ce week-end, ce que tout le monde sait déjà: si nous ne voulons pas voir la Belgique disparaître, il faudra négocier une réforme de l'état.

Quel sera son contenu?

-Un élargissement de Bruxelles contre une plus grande autonomie de la région flamande?

-Une circonscrition fédérale?
 
-Un premier ministre issus de cette circonscription fédérale?

-La refédéralisation de certaines compétences et le transfert aux régions d'autres!!!

Les mandataires MR, qui ont pris la parole ce week-end, n'ont fait que répéter ce qui se négocie depuis des mois maintenant. Dire qu'on accepte de négocier, dire qu'on veut le faire dans une structure externe au gouvernement, où seront associés l'ensemble des partis démocratiques belges, n'a rien de scandaleux!!! C'était déjà l'accord obtenu par l'éclaireur Van Rompuy.  Il faut accepter de discuter de tout sans tabou, mais une négociation implique la conclusion d'accords équilibrés.  Dans ce cadre, un renforcement de la structure fédérale ne peut être exclu.  C'est ce qui sera le plus dur à faire passer au sein de la N-VA, qui est ouvertement séparatiste.  L'orange bleue peut-elle, doit-elle se passer de la N-VA?  C'est en tout cas arithmétiquement possible!!!

Maintenant, personne au MR n'en démord:

-La scission unilatérale de BHV n'est pas acceptable et sera négociée par l'orange bleue.  Des garanties seront obtenues afin d'éviter à l'avenir de tels votes: majorité flamande contre opposition francophone.  Il en va de la survie de notre démocratie.

-La nomination des 3 bourgmestres MR de la périphérie reste un prélable à tout accord institutionnel, même si ce point est difficile vu le radicalisme de Marino Keulen, en charge de cette matière au gouvernement flamand.

-Toute réforme de l'état devra faire l'objet d'un consensus entre les régions.
 
-Une majorité des deux-tiers devra être recherchée en dehors du gouvernement pour réaliser cette réforme institutionnelle.
 
-Des concessions et la levée de certains tabous devront être obtenues de part et d'autre de la frontière linguistique.

En le disant clairement pour la première fois dans les médias francophones, le MR fait le premier pas...Ce faisant, il réalise le désir des manifestants de ce week-end préserver une Belgique fédérale unie.
 
Yves Leterme ne peut clairement pas prendre le risque d'échouer cette fois encore: il doit convaincre à l'intérieur du CD&V et aussi la N-VA, très opposée à tout renforcement de l'état fédéral.   En cas d'échec, il faudrait alors songer à un gouvernement d'urgence et à organiser une structure qui entame un dialogue sur l'avenir de la Belgique.  Les prochains jours seront cruciaux!!!

11:01 Écrit par Philip Hermann dans Crise formation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orange bleue, mr, leterme, cd v, n-va, formation, gouvernement |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.