30/01/2008

Santiago, à l'aide...

Depuis quelques jours, les responsables politiques liégeois semblent s’apercevoir de l’imminence de la fin des travaux d’aménagements de la gare Calatrava aux Guillemins.  L’inauguration pourra sans doute avoir lieu à la fin de cette année 2008. 

 

C’est désormais la panique pour aménager les abords de la gare.  En effet, celle-ci est fort réussie mais tous les voyageurs qui en débarquent, ne manqueront pas d’être interloqués par le terrain vague que constitue aujourd’hui son environnement.  Pour reprendre le mot d’un de mes voisins (j’habite le quartier), c’est la Tchétchénie.

 decoration

La rue des Guillemins, qui avait pourtant fait l’objet de travaux d’aménagements très récemment,  est à nouveau percée de tranchées.  Les arbres, qui ornaient les trottoirs, ont été arrachés au mois d’août sans avoir jamais eu l’occasion d’arriver à maturité.  Ils avaient été plantés deux ans auparavant.  Des travaux sont programmés dans tout le quartier : rue Paradis, rue de Serbie, rue du Plan Incliné et même rue Dartois, où j’habite.  Apparemment le container où sont abrités les bureaux du chantier, qui stationnent devant ma maison, ne déménagera pas avant plusieurs mois.  Plusieurs faillites menacent les commerçants du quartier…en effet, si la circulation des bus reste possible…il est désormais impossible de se garer et les déviations mises en place découragent désormais toute fréquentation des commerces.

 decoration

Si encore c’était pour la bonne cause, si ces aménagements faisaient partie d’un plan d’ensemble définitif pour constituer le nouvel écrin de la nouvelle gare…mais de plan d’ensemble, il n’en est vraisemblablement pas encore question.  Deux projets s’affrontent toujours…celui de l’architecte de la ville (le bureau Dethier) et celui de l’architecte de la gare, Santiago Calatrava.  Bien plus, on peut même dire que ce sont deux conceptions de l’urbanisme, qui s’opposent.  Celle de l’échevin Firquet, pourtant largement désavoué lors du dernier scrutin communal, consiste à faire feu de tout bois : on réaménage la rue Paradis parce qu’on a obtenu des crédits pour le faire, le PRU (périmètre de remembrement urbain) adopté le 24 décembre dernier, serait aujourd’hui "encore" évolutif en fonction des desideratas des promoteurs et des opportunités (sic) et celle d’une autorité incontestée de niveau international, Santiago Calatrava, qui avait esquissé un plan d’aménagement des abords de la gare ambitieux, où s'exprimait indubitablement une vision.  Il a l'expérience de beaucoup d'autres réussites, comme la revitalisation de Valence ou la reconstruction de ground zero à New York.

 

A la ville, on s’interroge, on tergiverse, ce qui devait être définitif, ne l’est en fait jamais vraiment…  En fait, il apparaît à tous ceux qui s’intéressent au dossier que c’est le flou qui règne en maître.  Peu importe les nuisances pour le quartier, faire et défaire…c’est toujours travailler et tant pis pour les affaires des commerçants.  On en profite pour visiter Valence, dont la rénovation des œuvres de Calatrava, est un succès salué dans toutes les revues d’architecture.  On s’accroche néanmoins au plan Dethier, en assurant que le maitre de Valence sera néanmoins consulté pour la conception des bancs et des abribus.   J'ai comme un sentiment de honte...

 

Quand se rendra-t-on compte à Liège, que le meilleur moyen de solliciter les projets de qualité…c’est d’avoir une vision d’ensemble, d’avoir un plan et de mettre tout en œuvre pour le réaliser.  Peu d’investisseurs se sont manifestés pour assurer la mise en œuvre du projet Calatrava, qui semble dès lors manquer de réalisme aux autorités en charge de notre ville.  C’est vrai.  Mais personne à la ville n’a pris la peine de contacter des investisseurs, des promoteurs avec le projet Calatrava.  L’incertitude étant mère de prudence, il n’est pas étonnant que ceux-ci restent sur la réserve. 

 

Dans quelques mois aura lieu le MIPIM à Cannes, où les projets les plus ambitieux trouvent leur financement, y compris les îles artificielles d’Abu Dabi.  Nous avons la chance de pouvoir y montrer une gare splendide, nous pourrions saisir cette opportunité pour intéresser des promoteurs au financement de ses abords.  Il serait sans doute possible de laisser l’auteur de cette gare présenter sa vision d’ensemble.  Il doit avoir un carnet d’adresses de promoteurs immobiliers fourni… Quel bonheur de pouvoir vendre une telle ambition et aussi une si belle ville.

 
Il est pourtant probable que ce soit notre Dethier principautaire, qui soit chargé de cette mission.  On ne risque pas alors de voir alors dans l’assistance d’autres candidats investisseurs que les habitués des réceptions de l’hôtel de ville.  Et encore, je me suis laissé dire que beaucoup se méfient aujourd’hui beaucoup des volte-faces et des pièges tendus par notre équipe communale.  Bavière, la Grand-Poste sont aujourd’hui presque aussi célèbres que notre place Saint-Lambert.

19:15 Écrit par Philip Hermann dans Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : guillemins, calatrava, gare, tgv, firquet, demeyer, pru, mipim, liege |  Facebook |

Commentaires

Moyennement d'accord Certes, il y a souvent beaucoup d'indécision et d'imprécision dans l'action de la majorité communale. Mais pour le coup, c'est lui faire un mauvais procès que de lui reprocher l'absence d'un plan d'ensemble qui existe bel et bien (le plan Dethier) et qui a été approuvé à l'unanimité par le conseil communal.

Si les choses trainent et si une incertitude demeure, c'est du fait de la SNCB et d'Euro Liège TGV qui veulent à tout prix imposer le projet mégalomane et inadapté de Calatrava et jouent un jeu dangereux en faisant pression d'une façon qui est bien peu respectueuse de la démocratie locale. Je me permet de vous renvoyer au commentaire que j'ai écrit sur le même sujet :
http://bulles.agora.eu.org/20080129_esplanade_guillemins.html

Écrit par : François Schreuer | 04/03/2008

Vous êtes sûr? Que le plan Dethier a été approuvé à l'unanimité??? Moi pas, mais je vérifierai.

Vous n'aimez pas le projet Calatrava, c'est entendu...toujours est-il que celui-ci est ambitieux et a très largement été repris dans le plan Dethier en moins structuré (absence de concordance entre l'architecture de la gare et les projets d'immeubles).

Outre la cohérence architecturale, Calatrava a sans conteste un plus-value pour attirer des investisseurs dans de tels projets de rénovation urbaine...celle de Dethier, est largement plus problématique. Il s'agit pourtant du problème principal posé par la réhabilitation de ce quartier. Je ne souscris donc pas à la qualification de "mégalomane" du projet Calatrava.

Celui-ci a quelques médailles à faire valoir...Plusieurs de ses plans se sont effectivement réalisés, ont trouvé leur financement... C'est un architecte de stature internationale, sans doute parmi les plus cotés de la planète en ce moment. Ce que n'est pas Dethier. Ce qui peut sembler impossible, mégalomaniaque à un néophyte, comme Dethier (sur ce type de projet), ne le sera sans doute pas pour une star internationale comme Calatrava. Il a une autorité et une renommée dont Dethier ne jouit pas, c'est un fait, dont il convient de tenir compte. Pour être franc, je crois même qu'il est plus improbable que le projet Dethier se boucle un jour (son accueil au dernier MIPIM, où il était présenté l'année passée a été pour le moins discret) que celui de Calatrava.

En outre, la SNCB est le plus grand propriétaire immobilier du quartier (de loin!!!)...il n'est dès lors pas incohérent qu'elle joue un rôle dans l'aménagement du quartier de sa gare. Il est légitime qu'elle cherche à valoriser au mieux ses investissements et que son avis soit dès lors pris en compte. Dans le projet Dethier, défendu par la ville...la plupart des constructions sont réalisées sur des terrains qui ne lui appartiennent pas!!! Il est d'ailleurs impossible à la ville de financer de nouvelles expropriations, ce qui clôt définitivement ce débat.

Quant à la démocratie locale, elle doit être respectée certes mais il faudrait alors consulter plus largement la population que les associations de riverains des abords immédiats de la gare, où les intérêts strictement privés (serai-je exproprié et à quel prix?) prennent le pas sur l'intérêt que tout liégeois ou usager de sa gare, a à voir ce quartier réhabilité. Un échevin de l'urbanisme doit tenir compte et défendre l'intérêt général de tous les habitants de sa commune et pas seulement de ceux des riverains, et certainement pas pour des considérations bassement électoralistes comme cela a été le cas trop souvent.

Ce que j'espère, c'est qu'il soit possible de conjuguer les deux projets concurrents, de les fusionner en un seul et de laisser Calatrava porter celui-ci, comme il en manifeste l'intention, pour lui trouver son financement. Proposer de lui laisser réaliser les abribus et les lampadaires, me semble outrageusement méprisant...mais rien ne semble plus géner nos édiles communaux?

Écrit par : Philip Hermann | 04/03/2008

Les commentaires sont fermés.