22/02/2008

La stratégie de Didier Reynders et les supputations de Francis Van De Woestyne

Dans La Libre hier, Francis Van De Woestyne tend le micro à quelques grincheux MR, qui semblent douter de la stratégie de fond de Didier Reynders et lui reprocher d'avoir mal négocié la formation de ce gouvernement.    Ces témoins anonymes regrettent que Didier Reynders suive les pas de son mentor, Jean Gol et finisse par rendre le MR, infréquentable pour toute coalition future.  Je ne peux m'empêcher de vous livrer ma propre analyse.

Tout d'abord, les petites phrases, qui sont si souvent reprochées au président du MR, ne sont le plus souvent que des répliques à de virulentes et incessantes attaques de la part de mandataires PS ou CDh.  Depuis la fin de la campagne électorale, il est impossible de lire une interview de l'un de ceux-ci qui ne se contiennent une attaque personnelle contre le président du MR.  On le qualifie de suffisant, d’hautain, de méprisant:  chacun se croit autorisé à ces attaques personnelles, qui sont tellement fréquentes que cela semble une cause entendue, dont il serait désormais inutile de débattre...  Et il devrait se laisser insulter sans jamais rien pouvoir répondre?  A mon estime, au contraire il fait preuve de beaucoup trop d'indulgence en ne répondant d'ailleurs le plus souvent par des bons mots qui ne visent quant à eux que rarement les personnes.  Le sommet a été atteint avec l'interview psychopathe du Ministre Régional, André Antoine, au Soir

Traitons à présent du fond: ces anonymes semblent regretter que Didier Reynders ait été trop agressif durant cette campagne électorale et qu'il reste trop intransigeant en cette période de négociation.  J'aimerais savoir s'ils croient un seul instant que le MR aurait été convié à la négociation d'un quelconque gouvernement s'il n'avait réussi ce pari insensé de devenir la première formation politique francophone?  Il est évident que le PS-CDH était déterminé à monter ensemble au gouvernement fédéral et que d'intenses parades amoureuses en direction du CDh ou du PS n'auraient pas réussi à remettre en cause cette volonté.  Seule cette victoire historique et aussi l'impossibilité pour le PS-CDH de former une majorité à deux, a permis au MR de ne pas être écarté sans autre ménagement des responsabilités fédérales.  Dans quel état aurait été leur moral dans ce cas ?

De la même manière, il semble exclu demain que le MR soit convié à une négociation pour former un gouvernement régional, s'il ne reproduit son exploit fédéral.  Cela n'a strictement rien à voir avec un quelconque dosage de câlins, la réalité a été clairement indiquée par le politologue climatologue, Paul Magnette: le PS ne permettra jamais au MR de remettre en cause son hégémonie et de constituer une alternative à sa toute puissance.  La force du cartel PS-CDh est là, il s'agit d'une union de nécessité, vitale pour la survie de l'hégémonie socialiste dans le monde francophone.  Cette stratégie d'opposition à la montée en puissance du MR, date de la législature 1999-2004 et est donc antérieure à l'accession de Didier Reynders à la présidence du MR.  Paul Magnette analyse clairement la situation.Fallait-il et faudrait-il demain renoncer à positionner le MR, comme un potentiel concurrent au PS afin de jouir à nouveau de ses bonnes grâces et de sa sympathie?  Ce qui semble clair pourtant, c'est que ce n'est pas ce qui est souhaité par l'électorat francophone...qui a durement sanctionné le PS au dernier scrutin et qui aurait, sans doute, également sanctionné le CDh s'il avait eu connaissance de l'inanité de son positionnement centriste en cours de campagne électorale, s’il avait su que voter CDH, c’était clairement assurer au PS de se maintenir au pouvoir.  Qu'est-ce qui distingue encore le CDH du PS?  Pour le MOC (mouvement ouvrier chrétien), à qui Joëlle Milquet doit sa présidence après l'effondrement du PSC, apparemment rien!!!  Puisque Christiane Vienne, José Damilot, qui exerçaient les plus hautes responsabilités au sein de ce mouvement, ont choisi PS et pas le CDH, lorsqu'il s'est agi de se lancer en politique.  L'actuel président du MOC est intervenu publiquement plusieurs fois avant, pendant et après la négociation de l’orange bleue pour imposer une alliance avec les socialistes.  Comment interpréter autrement l'assourdissant silence du CDH lorsque Marie Arena a trouvé que c'était une bonne idée de donner un goût de la vie des SDF ou du paradis communistes aux parents d'élèves des bonnes écoles catholiques? 

Que reste-t-il du positionnement centriste du CDH, si ce n'est de nombreuses circonvolutions oratoires, à grand renfort de gestes congruents, avant tout positionnement sur n'importe quelle question, afin de ne pas s'aliéner quelques mandataires moins à gauche, totalement aux ordres de leur présidente et surtout afin de ne pas froisser les nombreux électeurs, qui croyaient de bonne foi que le CDH était encore un parti centriste, qui pouvait choisir de s’allier à gauche ou à droite voire même qui comptaient sanctionner le PS en votant pour ce parti.

 Contrairement à Francis Van Woestyne et à certains grigneux MR, comme on dit à Liège, la stratégie de Didier Reynders est la seule possible.  La campagne de dénigrement actuelle, menée tant par le PS que par le CDH, n'est pas du tout liée à la personnalité de notre président mais bien à son ambition de reproduire son succès fédéral au scrutin de 2009.  Mon soutien est total et mon moral est très bon.

 

Commentaires

les enfants enlevés bonjour,

je me permet de vous demander de jeter un coup d'oeil sur une petition. cette petition a été créée suite au rapt de nos enfants. je ne vois plus ma fille depuis 5 ans, et nous avons besoin de signatures pour faire appliquer des lois, alors si vous vous êtes d'accord avec nous, dites le avec votre signature.
URL Courte : http://1777.lapetition.be/

Merci

Sabine Vander Elst

Écrit par : Vander Elst | 22/02/2008

juste un petit lien vers le blog de conseillers communaux MR de la ville de Tournai ;)

Écrit par : cyrille | 24/02/2008

je tiens a te dire même si le PS a pris le bouillon en 2007, il a en terme de voix plus qu'en 1999 ( crise de la dioxine )
Bref avec ton commentaire bienveillant on a pas avancé d'un pouce par rapport à la crise des 6 mois d'impossibilité de formation de gouvernement et cela je trouve plus grave que la crise de la dioxine .

Écrit par : andre D | 28/02/2008

Avis aux personnes intéressées : voici le blog de la section liégeoise du B.U.B. (Belgische Unie-Union Belge) : http://belgium4ever.over-blog.com

Écrit par : Un petit Belge | 02/03/2008

Pourquoi cacher ce qui va bien Grâce à notre montre testlar, le vice-premier ministre a pu cumuler présidence, négociation, budget, etc. avec une énergie remarquable et remarquée. Depuis le 10/9, il vole ainsi de succès en succès.
Ceci est bien la preuve de l'efficacité de notre modèle révolutionnaire.
Monsieur Leterme aurait d'ailleurs été bien inspiré d'accepter notre proposition.

Écrit par : Philip Stein | 15/03/2008

Tiens, tiens... Tu te souviens, Philip, lorsque nous nous " disputions " sur l'apport du FDF au MR pendant cette campagne électorale et au résultat qui en a découlé ?

Faut-il que je rappelle l'ambivalence voire l'ambiguïté vis-à-vis de ses amis flamands du faussement Open VLD (et les autres... ) sur laquelle Didier Reynders a joué pendant la campagne, la négociation et tout le toutim, comme disait Dechavanne ?

Si poste de Premier s'était offert à lui, nul doute que le FDF aurait été muselé tant que cela se pouvait.
Mais... il y a un hic : les membres du parti amarante ont toujours, à l'instar des Francophones de Fourons, des exigences institutionnelles qu'ils ne veulent pas voir bradées sans leur présence au Gouvernement fédéral - car c'est ce qui se passerait si on les évitait !

Petit mot également sur la fameuse circonscription fédérale que ton cher Président aimeriat voir mettre sur pied : qu'il aille demander conseil à Denis Ducarme, qui me semble bien plus réfélchi que la plupart des élus du défunt PRL !

La naïveté francophone est-elle encore si présente à ce point que l'on croie encore que nombre de Flamands apporteraient leur voix à un candidat francophone ? Oui, beaucoup de Wallons et de Bruxellois voteraient par exemple pour Verhofstadt s'il se trouvait dans ces listes, ses derniers ouvrages ayant encore plus crédité son image au Sud du pays.

Mais verrait-on un Flamand voter pour Reynders ? Oui, certainement, mais pas beaucoup plus...
Le récént baromètre de La Libre confirme tout à fait cet état d'esprit.

Ou peut-être est-ce pour récupérer les voix francophones de la périphérie, quasi toutes acquises au FDF ? On se souvient qu'une des solutions proposées en quelques secondes " montre Philip Stein en main " (lol) par le Président du MR pour la circonscription BHV consistait à inclure lesdits électeurs dans cette fameuse circonscription sui generis...

Écrit par : Michaël HENEN | 20/03/2008

Petit ajout... Olivier Maingain, que je connais personnellement - même si je suis un fieffé socialiste, a bel et bien regagné Bruxelles en tant que tête de liste pour le MR !

Il me semble qu'un poste de Secrétaire d'Etat ne serait pas trop demander. A ce que je sache, Chastel, Jeholet, Charles Michel voire Bacquelaine n'ont tout de même pas réalisé des scores sarkoziens (pour ne pas dire staliniens - lol)...

Écrit par : Michaël HENEN | 20/03/2008

Dernière petite info... ... puisque tu sembles mal informé : Olivier Maingain n'a pas choisi de devenir lui-même Secrétaire d'Etat mais laisse la place à Bernard Clerfayt voire à Didier Gosuin.

Pour rappel, les décisions institutionnelles vis-à-vis des minorités telles que la nôtre se prennent au fédéral et non au régional. Si des représentants du cartel flamand CD&V/N-VA (car il existe toujours, même légèrement déforcé) tels que les infâmes De Crem, Vandeurzen et Devlies se retrouvent au fédéral, pourquoi ne pas compenser l'équilibre " communautaire " en plaçant tout du moins un FDF à un Secrétariat d'Etat ?

Avoir peur de la bataille communautaire est bien, je m'excuse de le dire tout haut, un réflexe de Wallon naïf qui ne comprend pas encore bien le débat institutionnel bien plus important que ce que d'aucuns pensent.

Sans rancune et à bientôt.

Écrit par : Michaël HENEN | 20/03/2008

Ca faisait longtemps... Beaucoup d'imprécisions dans ces derniers messages...sans doute l'heure tardive. LOL

Au risque de me répéter, je n'ai rien contre le FDF...c'est une composante importante du MR et je m'en réjouis. Ils ont réalisé un bon score à Bruxelles au dernier scrutin et je m'en réjouis. J'ai suffisament relayé sur ce blog leurs points de vue sur la stratégie à adopter par rapport aux revendications flamandes pour être suspecté de toute animosité par rapport au FDF.

Je déplore la façon dont le FDF a exigé ce poste de secrétaire d'état alors que la négociation n'avait pas encore débuté. Etaler sur la place publique ces marchandages, ne donne pas une bonne image aux citoyens, cela mine encore plus la crédibilité des politiques en général. Bref, tout cela me semblait superflu...d'autant qu'il aurait été injuste de priver Olivier Chastel, qui a fait basculer Charlerois presque à lui seul d'une juste mise en évidence.

La circonscription fédérale serait un outil fédérateur dans une fédération, où le seul trait d'union entre les communautés est le roi qui n'a pas de légitimité électorale. En ne devant plus du tout rendre de compte devant les électeurs de l'autre communauté, les discours populistes, nationalistes peuvent se radicaliser sans risque de sanction électorale. C'est ce à quoi, nous avons assisté lors du dernier scrutin. Une circonscription électorale fédérale, obligerait ces candidats à faire campagne sur l'ensemble du territoire et aussi à rendre des comptes à tous. Cela aurait un effet pacificateur. C'est un instrument de cohésion entre communautés dans tous les états fédéraux.

Enfin, le FDF aurait à mon sens pu peser tout autant dans les négociations institutionnelles sans ce poste de secrétaire d'état. Ce qui importe, c'est que Maingain participe à la négociation de ces réformes comme c'était déjà le cas avant cette démonstration de testostérone à mon sens parfaitement inutile.

Écrit par : Philip Hermann | 20/03/2008

Les interviews virulentes de Josly Piette sur Didier Reynders Dans ce blog du 20/02/08, on traite le ministre CDH André Antoine de psychopathe. Je suppose que la tendance Didier Reynders au sein du MR (car il y a actuellement bien 2 tendances au MR même si les anti Reynders reste encore minoritaire ) n'osera pas traiter Josly Piette de la même façon.
Je n'ai personnellement pas de raison de mettre en doute la parole de Monsieur Piette, en effet j'ai pris des renseignements auprès de mon beau frère qui l'a bien connu lors des négociations pour les soins de santé en temps que haut responsable d'un des plus grand laboratoire du monde.
Quoique mon beau frère ai été par sa fonction son adversaire dans les discussions il m'a cofirmer que c'est un homme reconnu par tous les industriels comme quelqu'un de dur et de très habile dans les négociations mais aussi de très correcte.
Je crois que votre Président a eu tort de le traiter comme il en a l'habitude avec ses autres collègues francophones du gouvernement, sauf bien entendu avec la classe politique flamande avec lesquelles il tient un autre langage en se montrant tout miel.
Josly Piette qui a son avenir derrière lui et de ce fait n'avait rien à perdre a bien fait de dénoncer une double personnalité.
Personnellement, j'ai été très choqué car j'étais loin de me douter de cette réalité qui ressemble aux affrontements détestables de l'Elysé en 2006.
Je ne doute pas que ce commentaire amènera une réponse plus ou moins virulente.
Je crois qu'il serait grand temps que la minorité du MR anti Reynders fasse comprendre à ce dernier qu'en politique tout n'est pas permis afin d'assainir le climat au fédéral.

Écrit par : Neuville Robert | 21/03/2008

La négociation de ce gouvernement... a sans doute été dure... Josly Piette défendait autour de la table les revendications de la tendance syndicaliste du CDh. Les coalisés francophones (PS-CDH) ont certainement mis une pression maximale pour justifier leur présence dans ce gouvernement en lui donnant un tour plus "à gauche". Cela devait être assez drôle de voir Joëlle dénoncer des accords qu'elle avait pourtant accepter quelques jours auparavant.

Les partis autour de la table, côté flamand, étaient certainement animé du même souci que le président du MR de réformer en profondeur et de corriger les dysfonctionnements de notre état fédéral. Je crois que les syndicats, en s'accrochant aux sacro-saints acquis sociaux, paralyse de fait toute possibilité de réforme.

Quelques exemples:

1. Toute augmentation salariale doit selon les organisations syndicales (et particulièrement CSC et FGTB) se faire en brut et pas en net!!! Cela ne change pourtant rien pour le travailleur, qui ne voit jamais la couleur des prélévements retirés de son salaire ni de ceux payés par son employeur. Ce qui compte pour lui c'est évidement son salaire poche...pourquoi refuser que la revalorisation salariale puisse être le fruit d'un allégement de la fiscalité. Cette présente l'avantage de préserver la compétitivité de nos entreprises.

2. Comment financer ces réductions d'impôts? Notamment en améliorant l'efficacité et la productivité de notre administration...en l'informatisant, par exemple. Que ces gains de productivité se traduisent en réduction de la masse salariale. Sans bain de sang social, d'ailleurs en ne remplaçant pas tous les départs à la retraite. Mais dire cela, c'est l'assurance de se faire traiter de Pinochet par certains syndicalistes (dont fait partie Josly Piette). La Belgique conjugue le plus haut taux d'emploi public par habitant avec aussi le moins bon taux de satisfaction de sa population de ses services publics et de son administration en Europe. La situation wallonne est pire encore.

Ces combats entre "réformateurs" (Libéraux, CD&V, qui se positionnent en Flandres comme les chantres de la bonne gouvernance et de l'efficacité) et "conservateurs" (PS-CDH) ont bien entendu eu lieu lors de cette formation de gouvernement. Il est trop facile de faire de Didier Reynders, le collabo des flamands...ces réformes sont souhaitées par bon nombre de francophones, le MR n' a pas gagné ces élections par hasard.

Les résistances aux réformes sont énormes: certains refusent de les envisager en se drapant derrière l'insulte au drapeau wallon, d'autres au nom d'un combat syndical d'un autre âge, d'autres pour de plus obscures raisons encore (parfois très personnelles). Si je me suis engagé en politique, ce n'est pas pour obtenir un poste à l'usure et pour faire ensuite comme on a toujours fait...LOL...Je l'ai fait parce que je crois qu'il est possible d'améliorer les choses, qu'il est possible de corriger des dysfonctionnements. Il me semble que c'est également l'ambition de Didier Reynders, cela lui vaut beaucoup d'ennemis mais il a tout mon soutien. ;-)

Écrit par : Philip Hermann | 21/03/2008

Sapristi, je n'avais pas encore remarqué le commentaire ci-dessus, qui ressemble à un tract électoral avec des affirmations tout aussi douteuses que celle sur le soi-disant Cartel, issu de l'imagination de plus en plus féconde du MR, comme celui de traiter le CDH et le PS de conservateur et pourquoi pas de parti tatchérien, tant qu'on y est.
Conservateur et humaniste de même que socialisme sont des choses totalement opposés, que c'est même de très mauvais gout et surtout incroyable pour qui connait un peu le passé historique du seul parti en Europe qui ose encore s'appellé comme cela, il est vrai que de la part d'une société aussi dual que celle d'Angleterre, plus rien ne saurait nous étonnés, ils se croient encore dans leurs colonies même chez eux en séparant les nantis des autres.
Sur ma réponse détaillé sur le point 1 et 2, je préfère la réservé pour un blogue dont les lecteurs savent ce qu'ont apportés des syndicalistes aussi réalistes et clairvoyant que Josly Piette ou Louis Smal à qui on devrais plutôt élevé des statues plutôt que de les critiqués pour services rendus à la nation, n'en déplaise au MR de liège.
Quand au MOC de Flandre, heureusement que ce soit resté un mouvement puissant qui a ramené par exemple à plus de raison le jeune Veroofstad de la fin des années 1980, heureusement pour son avenir politique et pour nous tous il a compris ou était son intérêt et qu'il devait composé avec le MOC et les syndicats.
Pourvu que s'il rentre à la comission, grâce aux conservateurs qui seront de nouveaux au pouvoir en Angleterre ses vieux démons ne le reprenne.
,

Écrit par : Neuville Robert | 22/03/2008

Cher Monsieur Neuville Pour rappel, je suis philosophe de formation...j'ai donc étudié dans le texte la phénoménologie de l'esprit de Hegel et aussi le passage dans ce texte, que certains ont nommé "La dialectique du Maitre et de l'esclave", qui est reconnu par beaucoup comme le texte fondateur du syndicalisme.

Pour résumer en allant très vite, car ces notions sont compliquées, Hegel résume ainsi l'apparition du droit de propriété: certains membres de tribus nomades ont un jour décidé de délimiter un terrain, ils se sont ensuite institué "Maitres" sur ce terrain et se sont mis à le cultiver et à en tirer l'essentiel de leurs moyens de subsistance. D'autres les ont ensuite imités...Puis animés par le désir de conquète, certains ont pris le risque de conquérir le terrain de leurs voisins et d'en asservir les occupants qu'ils ont transformé en esclaves, destinés à cultiver une terre qui ne leur appartenait plus et donc à enrichir leur maitre. En échange, celui-ci pourvoyaient à leurs moyens d'existence.

Certains maîtres, dont entretemps les parcelles s'étaient étendues bien au delà de ce qu'un seul homme peut cultiver pour subvenir à ses besoins, se sont alors reposés sur le travail d'une multitude pour continuer à survivre. Ils ont perdu l'habitude de travailler et ont désappris à subvenir seul à leurs besoins. Ils sont devenus totalement dépendant du travail de leurs esclaves.

Certains se sont montrés alors particulièrement autoritaires... C'est l'origine des premiers troubles sociaux (les premières révoltes d'esclaves). Les maîtres en oubliant de travailler eux-même, étaient de fait dépendant sans le savoir du travail de leurs esclaves...leur survie en dépendait. Si les esclaves se révoltent contre des maîtres particulièrement injuste, s'ils acceptent de risquer à leur tour leur vie pour obtenir des conditions de vie plus juste, par exemple en cessant le travail...alors le maître a intérêt à les écouter car sa survie en dépend. Le maître et l'esclave sont dans un rapport de dépendance mutuelle.

Ce texte a des implications qui ne sont pas sociales, qui expliquent les mouvements sociaux à travers l'histoire (révoltes d'esclaves antiques, jacqueries paysannes, conflits sociaux de la révolution industrielle, etc...) mais est également une grille d'analyse particulièrement performante pour analyser les rapports Nord-Sud par exemple. Il s'agit d'un moteur d'analyse performant.

Ma conviction est que si le Marxisme (Marx était un élève de Hegel) avait compris, ce mécanisme fondateur...il n'aurait pas visé à imposer la dictature du prolétariat (le remplacement d'anciens maîtres par d'autres) mais il aurait inscrit la lutte du prolétariat dans la négociation d'une société plus juste.

Je ne suis donc pas un anti-syndicaliste primaire et j'ai parfaitement conscience de leur utilité et de leur importance dans nos systèmes de démocratie libérale. Simplement, je crois que certains combats syndicaux en Europe, dans nos sociétés démocratiques, ne sont plus adaptés à l'évolution de notre société. Je crois par exemple qu'interdire la flexibilité du travail en dictant des conditions de plus en plus stricte pour le CDI, a de fait imposé à une génération de travailleur de se voir refuser ce CDI et à courir les contrats à la semaine dans des agences d'intérim. Quelle est la plus value sociale d'un tel combat syndical?

D'autres combats syndicaux, comme celui de la diminution de la durée des carrières alors que notre espérance de vie n'a cessé d'augmenter, interdisent à une génération (la mienne) d'espérer qu'un jour, ils pourront eux-aussi bénéficier d'une retraite car le mécanisme ne sera plus finançable.

Je n'ai donc rien contre les syndicats mais j'aimerais qu'ils quittent certaines de leurs positions dogmatiques irrationnelles pour se confronter au réel. C'est selon moi la seule manière de parvenir à de nouvelles solutions équilibrées et profitables pour tous. Et soyez sûrs que je suis ouvert à la discussion et que je reconnais les syndicats, comme des partenaires de discussions importants. Mais les problèmes sont aujourd'hui trop importants pour les envisager de manière dogmatique.

Écrit par : Philip Hermann | 23/03/2008

Concernant Hegel et Marx Je ne suis certainement pas un adepte des philosophes de gauche, cependant, en ce qui concerne le combat syndicale, On ne peut nier qu'il y a un monde de différence entre des philosophes du19ème siècles qui ont parfois été excessifs dans leurs écrits mais ceci à l'instar du comportements scandaleux des 1er patrons de la révolution industriel qu'ils dénonçaient avec raison, cependant il faut constaté que les responsables syndicaux se sont bien adaptés à l'instar des patrons actuels(sauf exception dans certains pays) que ce soit en Belgique ou en Allemagne et même depuis peu en France comme un Thibaut de la CGT mais merci quand même de me rapeller un bon résumé de ces textes historiques mais dépassés et d'un autre age que celle du 21ème siècle, cela fait quand même près de 150 ans qu'ils ont été écrits.
En ce qui concerne Marx il faut reconnaître qu'il y a quand même eu beaucoup de dérives par rapport à ses idées ceci à cause de dirigeants révolutionnaires qui se sont servis de ces textes pour les interpréter à leur manière pour conserver le pouvoir.
Ce qu'il ne souhaitait certainement pas, mais c'est pour cette raison que je n'aime pas les philosophes qui sont un peu comme les inventeurs d'armes ou de certaines avancés scientifiques, il inventent et puis ce qu'on en fait n'est, ce n'est plus leurs problèmes. Malheureusement il existe encore des patrons ou des nations qui exploitent lamentablement leurs salariés, comme par exemple le plus gros employeur de la planète qu'est Wall-Mark, firme ou il y est par ailleurs interdit d'être syndiqué, ce qui est fréquent aux états-unis, pays ou il fait tellement bon vivre quand on a de la malchance et pratiquement pas de syndicats.

Écrit par : Neuville Robert | 23/03/2008

Concernant l'avenir et la richesse de votre génération. Je crois qu'il ne faut pas être pessimiste du point de vue de la richesse matériel
- Les avoirs immobiliers, sanitaires et infrastructures, de nos états Européens qui seront légués par notre génération sont considérables, de même que les avoirs mobiliers de la population.
-Je m'insurge contre l'idée que notre génération a eu de la chance du point de vue matériel et que nous avons été des gaspilleurs que du contraire, quand je constate ce que gaspille la génération actuelle par rapport à notre consommation (sans doute les avons nous plus mal éduqués que nos parents) Par contre si vous n'y prenez garde vous ne laisserez que des dettes
Au contraire, je pense que si la jeune génération comprend comme nous qu'il faut bannir de leur vie tout gaspillage à l'américaine ils ont encore de beaux jours.
Votre génération devrait beaucoup par contre s'inquiéter de l'avenir de la planète, de la moralité de leurs enfants, de la culture ou je suis beaucoup plus pessimiste, que sur le plan matériel.
Liste des gaspillages à l'américaine :
- Voiture 4/4 ou Van qui ressemble à de petit camion.
- Superficie des habitations le double qu'en Europe.
- Puissance des GSM et PC privés
- Nombres de km effectués inutilement en avion.
- Climatisation trop puissante et systématique de tous les locaux.
Sont-il plus heureux avec toute cette consommation pour cela... j'en doute.
Quand aux retraites, ce sont surtout les sociétés qui ont abusé du système pour délocaliser ou rajeunir alors que bien souvent on étaient pas demandeurs, du moins pas en Belgique.

Écrit par : Neuville Robert | 23/03/2008

LOL Hegel ne peut pas aussi simplement que cela être disqualifié au motif qu'il serait de gauche. Ces notions n'avaient même pas de sens au moment où il vivait fin XVIIIème-début du XIXème. Le contexte, c'était les campagnes de Napoléon, propageant les idéaux de démocratie dans l'Europe entière, la baïonnette au canon mais quand même.

D'autre part, je suis à peu près sûr que j'aurais été syndicaliste au XIXème siècle et que je le serai également si je vivais ailleurs dans le monde, où certains combat doivent encore être menés: travail des enfants, scolarité obligatoire et gratuite, assurance maladie, assurance pension, etc.

Je suis un farouche défenseur de notre modèle d'organisation sociale européen, qui offre un équilibre entre une certaine sécurité d'existence et un nécessaire dynamisme économique à condition de le réformer.

Je crois que ce modèle est supérieur à celui qui existe de l'autre côté de l'atlantique: 50 millions de personnes qui ne disposent pas d'une assurance santé, ne me semble pas une situation acceptable.

Pour garantir la survie de ce modèle européen, il est nécessaire que celui-ci soit performant et efficace. Il est nécessaire de l'adapter en permanence à son environnement (les problématiques durables font partie de ce nouveau contexte).

En Belgique et singulièrement en Wallonie, ces nécessaires adaptations se heurtent au conservatisme de certaines formations politiques et aussi de certains syndicats. L'adaptation de notre modèle d'organisation sociale à ce changement de paradigme est pourtant vitale.

A l'heure de la mondialisation, la survie de celui-ci dépend également de notre capacité à le rendre attractif pour des économies émergentes. C'est à cette condition que nous pourrons garantir sa survie. Pour y parvenir, il faut que celui-ci soit performant. Personne ne peut avoir envie d'imiter ce qui s'est passé à Charleroi, par exemple. A l'inverse, le risque est de devoir le niveler vers le bas en assistant au triomphe des seuls mieux disants et donc au modèle d'organisation sociale de l'exploiteur d'enfant pakistanais.

Ceci étant dit, je suis résolument optimiste...je crois que c'est possible... Introduire de la durée dans les processus de décisions économiques, ne peut être le fait que de politiques...c'est le sens de mon engagement dans cette activité. ;-)

Écrit par : Philip Hermann | 24/03/2008

J'approuve à près de 100 % le commentaire précédent, on croirait que c'est Louis Michel qui l'a écrit.
Comme quoi toutes confrontations d'idées est toujours positive.
Je dois avouer que je ne connaissait pas grand chose des écrits de Hegel, mais grâce à ce blog j'apprend, mais pas dans le but de m'engager en politique car pour moi c'est trop tard, mai je regrette de ne pas l'avoir fait, car c'est un métier somme toute passionnant que de défendre ses idées surtout dans une réelle et belle démocratie comme la nôtre.
Dommage que certain de nos politiciens n'ont pas appris leur métier sur des blogs contradictoires.
Je suis content de vivre dans un pays ou toutes les tendances peuvent s'exprimer, et ce n'est certainement pas les écolos qui me contrediront quand on voit ce que leur tendance est devenue en France ou ils ont pratiquement disparus, à cause du système majoritaire.

Écrit par : Neuville Robert | 25/03/2008

Louis Michel et Hegel... sont des démocrates. Je n'ai d'ailleurs pas noté, contrairement à ce que pensent certains commentateurs, de changement de fond dans la ligne politique du MR depuis l'accession de Didier Reynders à la présidence de ce mouvement.

Par contre, ce changement de présidence a correspondu avec un discours plus volontariste (très éloigné du consensus mou de la "pensée unique" qui avait prévalu auparavant). Même s'il reste possible de former des coalitions avec des partis "de gauche". Les discours du MR et du PS-CDH sont aujourd'hui bien différents, il existe aujourd'hui une alternative claire...je trouve cette évolution heureuse.

Comme je me réjouis d'ailleurs de la réorganisation du MR. Un nouveau centre d'étude, un nouveau siège, un nouveau site internet, une nouvelle communication, des débats participatifs et documentés: tout cela a permis de donner au MR de nouvelles ambitions. Le renversement du centre de gravité politique aux dernières élections, n'est pas le fruit du hasard mais le résultat de beaucoup de travail, qui mérite d'être salué. Ne comptez donc pas sur moi pour opposer Louis Michel et Didier Reynders et ne me demandez pas de choisir LOL.

Je souscris également à votre analyse sur la révolution que constitue l'émergence des technologies Web 2.0 (Blogs, forum, etc.) dans le débat politique. Il s'agit encore aujourd'hui en Belgique d'un espace quasi vierge, promis pourtant à un développement important.

Je ne m'explique pas que si peu de jeunes candidats politiques n'aient décidé de l'investir (même si je m'en réjouis par ailleurs ;-)): débattre, argumenter, prendre position et se soumettre à la contradiction de chacun...Je ne vois pas de meilleur apprentissage possible au débat démocratique même si ce n'est pas toujours un exercice facile. LOL

Écrit par : Philip Hermann | 25/03/2008

Ok, il n'y a peut-être pas de changement sur le fond, cependant son coté volontariste et la manière de se battre peut parfois paraître choquante pour des électeurs modérés qui ne connaissent pas sa stratégie.
Il donne l'impression d'être en campagne électorale et de courir après le non de Milquet ceci au détriment de la cohésion du gouvernement, le moment est mal choisi et il aurait pu attendre un an pour rentrer en campagne électorale pendant que les 2 autres paraissent plus conciliants par rapport à la deuxième phase des négociations de l'octopus, mais je te laisse conclure, car c'est quand même ton blog et comme tu dit cela ne doit pas toujours être facile si on a d'autres ativités professionnels.
Surtout que de mon coté j'essaye de jouer les modérateurs sur le forum un peu fou du soir, ou lorsqu'il y a a un sujet rédactionnel, il peut y avoir jusqu'à 2 ou 300 réponses tous avec des pseudos bien entendu de 10 lignes en quelques heures.

Écrit par : Neuville Robert | 26/03/2008

Sur les gaspillages de la puissance des GSM que j'ai appellés à l'américaine, je viens d'apprendre avec plaisir au journal de RTL/TVI qu'une firme plus intelligente que les autres vient de sortir un GSM simplifié à l'usage des seniors.
Pourvu qu'il soit fabriqué en Europe.
Concernant les abus provoqués par le leasing, je viens d'apprendre la nouvelle loi remplaçant les 75% uniforme de leasing par un système de 60% pour les grosses voitures, au grand désarroi de quelqu'un de ma famille qui avait déja commandé le gros 4/4 américain et qui a du se rabattre sur une BMW série 3
mais superbement équipé.
Bravo pour le ministre qui a pondu celle-la, j'espère que c'est un CDH.

Écrit par : les gaspillages de la génération actuelle | 02/04/2008

Les gaspillages de la génération actuelle Je me suis évidement trompé de ligne pour le titre du précédent commentaire.

Écrit par : Neuville Robert | 02/04/2008

Les commentaires de Fanane Azmi viennent d'être supprimés, certains semblaient vouloir en faire une affaire d'état alors qu'il s'agissait juste d'une conversation sur un blog... :-)

Depuis le virtuel a fait place au monde réel, j'ai rencontré Fanane à Jodoigne et je l'apprécie beaucoup...

Cet incident ne devait certainement pas porter à conséquence et est maintenant définitivement clos, merci...

Écrit par : Philip Hermann | 07/05/2008

Les commentaires sont fermés.