17/05/2008

L'autisme de la Flandre

Depuis quelques mois, les délégations internationales se succèdent en Flandre pour y mener des enquêtes sur les politiques qui y sont appliquées.  Les avis négatifs succèdent aux avis négatifs par les organisations internationales.  Plus récemment la presse internationale s’est fait l’écho de ces problèmes.

 

  • Wooncode : J’ai déjà évoqué sur ce blog, les problèmes posés par ce Wooncode.  Marino Keulen, qui parle pourtant bien le français, refuse à présent de répondre aux interviews dans une autre langue que le néerlandais, notamment à la demande formulée par Jean Quatremer, journaliste à Libération.  Ce « Wooncode » a également été très défavorablement jugé par la Commission Européenne et par le comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale.
  • Assurance dépendance, réservée aux seuls flamands : La Cour de Justice Européenne a récemment  recalé la mise en œuvre de cette législation au motif que ce dispositif entraverait la libre circulation des travailleurs en Belgique.
  • Interdiction de fréquentation de la plaine de jeu aux enfants francophones à Liedekerke : cette mesure, heureusement abrogée depuis, interdisait aux enfants, dont la connaissance du néerlandais aurait été insuffisante, de fréquenter la plaine de jeu de Liedekerke.  Les motifs invoqués étaient de type sécuritaires.  Les animateurs de cette plaine de jeu n’auraient pu assurer la sécurité de ces enfants.  Les autorités de la commune de Liedekerke ne sont pas découragées par un avis défavorable, émis par Marino Keulen et compte bien persévérer dans la mise en œuvre de cette disposition.  Le bourgmestre empêché de Liedekerke n’est autre qu’Etienne Schouppe, le controversé ancien patron de la SNCB, éphémère président du CD&V et actuel non moins controversé Secrétaire d’état Fédéral de la Mobilité, en raison de son approche du dossier nuisances sonores de l’aéroport de Zaventem, très défavorable aux intérêts des Bruxellois et particulièrement favorable aux habitants de Liedekerke.
  • Obligation de justifier d’une connaissance du néerlandais pour acquérir un terrain à Zaventem.  La commune de Zaventem réserverait la vente de ses terrains aux seules personnes pouvant justifier d’une connaissance du néerlandais.
  • Obligation pour les parents d’élèves inscrits dans l’enseignement néerlandophone de justifier d’un niveau de connaissance suffisant de la langue néerlandaise : depuis quelques années, de nombreux parents francophones, soucieux de permettre à leurs enfants d’acquérir un véritable bilinguisme néerlandais/français, inscrivent leurs enfants dans le réseau néerlandophone.  Le gouvernement flamand veut limiter cette tendance en exigeant de ces parents, qu’on ne peut pourtant pas soupçonner d’a priori négatif vis-à-vis de leur langue, de justifier d’un certain niveau de connaissance du néerlandais.
  • Interdiction d’affichage dans une autre langue que le néerlandais.  Dans les communes de la périphérie, il serait désormais interdit d’afficher dans une autre langue que la langue néerlandaise, même l’anglais serait désormais proscrit notamment pour les annonces immobilières.
  • Nomination des bourgmestres de la périphérie : Depuis les élections d’octobre 2006, les bourgmestres de trois communes à facilités de la périphérie, pourtant largement élus à l’issue de ce scrutin, se voient refuser cette nomination par le même Marino Keulen.  Il justifie ce déni de démocratie par les infractions commises par ces bourgmestres aux « Taalwetgeving » (législations linguistiques) qui sont d’application sur l’ensemble du territoire flamand : notamment en matière d’emploi des langues lors des réunions des conseils communaux de ces communes (il est cependant explicitement prévu que dans les communes à facilités, les conseillers communaux peuvent s’exprimer dans la langue de leur choix pour leurs interventions) et aussi du fait que ces bourgmestres ont préféré convoquer leurs électeurs au vote dans leur langue, plutôt que d’attendre que ceux-ci fassent spécifiquement la demande de recevoir leurs convocations dans une autre langue que le néerlandais en infraction avec les très controversées circulaires Peters. 

 

Une délégation du Conseil de l’Europe menée par Michel Guégan, vient de rendre un avis très négatif sur cette décision du gouvernement régional flamand.  L’ensemble des instances internationales recommande d’ailleurs à la Flandre de ratifier d’urgence la convention-cadre sur la protection des minorités linguistiques, décidée par ce même Conseil de l’Europe, dont la Belgique est membre fondateur d’ailleurs.

 

 

Le très sérieux New York Times n’hésite plus à évoquer ces problèmes linguistiques belgo-belges en première page.  L’article a également été repris dans l’édition de ce jeudi de l’ International Herald Tribune, la voix de l’Amérique à l’international.  Celui-ci affirme même que la Flandre est désormais contaminée par une sorte de fascisme non violent.

 

La seule réponse, apportée jusqu’à présent par le gouvernement flamand, se limite à l’invocation d’un complot par les francophones, à une mauvaise information des organismes internationaux et de la presse étrangère de la législation linguistique.  Ceux-ci ont pourtant pris la peine de mener l’enquête et d’auditionner les principaux protagonistes de ces différents dossiers.  Marino Keulen estime nécessaire de recruter un porte-parole à plein temps de la communauté flamande, de renforcer la communication de son gouvernement à destination de l’étranger.

 

Ne serait-il pas temps plutôt qu’il s’interroge sur le bien fondé de toutes ces mesures, qui ne peuvent se comprendre que par l’existence d’un contexte historique et politique chargé et par un désir de revanche de la population flamande vis-à-vis d’une domination réelle ou supposée par l’intelligentsia francophone ?  La justification habituelle des pouvoirs politiques flamands, arguant du respect du processus démocratique lors de l’élaboration de ces différentes mesures, ne tient pas : chacun sait que la démocratie n’est pas un rempart infranchissable contre les dérives totalitaires…Adolf Hitler n’avait-il pas été démocratiquement porté au pouvoir par le peuple Allemand ?  Il est de plus en plus clair que le populisme du Vlaamse Belang a aujourd’hui contaminé l’ensemble de la classe politique flamande, au point de la rendre autiste face au désaveu de la communauté internationale et de ses médias ?

 

Yves Leterme ne semble quant à lui pas savoir répondre aux interrogations qui se font jour dans la communauté internationale…

Commentaires

Assurance-dépendance, réservée aux seuls Flamands ? " La Cour de Justice Européenne a récemment recalé la mise en œuvre de cette législation au motif que ce dispositif entraverait la libre circulation des travailleurs en Belgique. "

C'est en effet ce que ladite Cour a relevé, mais la discrimination est encore bien pire intra muros belges.

Petit rappel...

Au vu du choc démographique actuel augurant le vieillissement progressif de la population et en vue de couvrir un risque accru de dépendance physique et/ou psychologique découlant dudit phénomène, le Gouvernement Flamand a instauré, à partir du 1er octobre 2001 via un décret promulgué le 30 mars 1999, un régime d’assurance-dépendance (en néerlandais " Zorgverzekering ") basé sur le principe de solidarité : on paie pour son bien-être et pour le bien-être de tous.

Cette assurance prend en charge toute une série de prestations non médicales, soit pour permettre à la personne dépendante de rester à domicile avec l'assistance de ses proches et/ou de professionnels ou en couvrant partiellement les frais de séjour en institution.

Tout résident flamand doit y cotiser sans exception à partir de ses 25 ans. Les habitants de la Région de Bruxelles-Capitale peuvent, eux, y adhérer facultativement. Le montant de cette cotisation annuelle s’élève à 25 € et à 10 € pour les personnes bénéficiant de l’intervention majorée.

S'ils n'y souscrivent pas volontairement, ils seront d'office affiliés à la " Vlaamse Zorgkas " (Fonds Flamand d’Assurance-Soins, organe d’intérêt public doté de la personnalité morale organisé par le Gouvernement Flamand), et seront mis en demeure de régler leur cotisation, cette opération étant d’ailleurs en cours : en cas de non-paiement au 31 décembre 2005, des amendes administratives allant jusqu’à un montant de 250 € pourraient d’ailleurs être réclamées.

Trois points de ce décret ne peuvent toutefois qu’interpeller. Pour pouvoir bénéficier de cette assurance, il faut :

1) habiter en Flandre ou en Région bruxelloise de manière ininterrompue depuis au moins 5 ans précédant la prise en charge ;

2) s'affilier auprès d'une " Zorgkas " agréée par la Communauté flamande, et par conséquent, dénuée de garantie concernant la gestion linguistique de son dossier. Renseignements pris, hormis la Mutualité Socialiste qui choisit le compromis en postant des envois bilingues et la Mutualité chrétienne de Liège qui correspond dans la langue choisie par le membre cotisant, aucune autre des caisses d’assurance-soins concernées, mutualistes et autres, ne transmettrait de document en langue française, suivant les prérogatives des Circulaires Peeters, Martens, Vandenbrande, Keulen et compagnie ;

3) que l’assistance ad hoc soit prestée par une structure agréée par la Communauté flamande, qu'il s'agisse des services d'aide à domicile, des centres de court séjour, des centres de soins de jour, des services de garde-malade ou encore des maisons de repos.

Même si ce système flamand correspond à un besoin social voire sociétal important, il crée cependant une énième séparation (terme à la mode) dans le système solidaire de sécurité sociale qui fait la fierté de notre pays, en lequel d’autres y voient un modèle.

Si les deux premiers points précédemment cités doivent plus vite se référer à la ratification de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales du Conseil de l’Europe, ouverte à la signature le 1er février 1995 et signée depuis par 27 États membres sur 34, le troisième point est celui sur lequel je désirerais m’attarder.

Ce troisième point, et ceci est important à souligner, va à l’encontre de l’esprit européen qui autorise le citoyen voyageant dans l’Union Européenne, dont la Région Flamande fait partie, à user de son droit aux prestations pour lesquelles celui-ci a cotisé.

En effet, les extraits suivants extraits de la Charte des Droits fondamentaux de l’Union Européenne, signée et proclamée le 7 décembre 2000, confirment mes affirmations :

" Article 21. Non-discrimination
> Est interdite, toute discrimination fondée notamment sur (...) les origines ethniques ou sociales (...) la langue (...) les opinions politiques ou toute autre opinion, l'appartenance à une minorité nationale (...).

Article 22. Diversité culturelle, religieuse et linguistique
> L'Union respecte la diversité culturelle, religieuse et LINGUISTIQUE.

Article 34. Sécurité sociale et aide sociale
> L'Union reconnaît et respecte le droit d'accès aux prestations de sécurité sociale et aux services sociaux assurant une protection dans des cas tels que la maternité, la maladie, les accidents du travail, la dépendance ou la vieillesse (...).
> Toute personne qui réside OU SE DEPLACE légalement à l'intérieur de l'Union a droit aux prestations de sécurité sociale et aux avantages sociaux, conformément au droit communautaire et aux législations et pratiques nationales. "

Il convient de rappeler que ce texte fut cosigné par des responsables politiques néerlandophones, dont Messieurs Jean-Luc Dehaene, Jos Chabert et Karel De Gucht.

Tout en soulignant le fait que si les personnes dites dépendantes éprouvent déjà les pires difficultés à s’exprimer dans leur langue maternelle, on peut s’imaginer les problèmes auxquels s’exposent les francophones en souscrivant à cette assurance.

Vu que la Commune de Fourons appartient administrativement au territoire de la Province du Limbourg mais que, géographiquement, elle se situe en terre liégeoise, les établissements et les services les plus proches se situent pour la grande majorité en Province de Liège et, en ce qui concerne les francophones citoyens fouronnais, leur choix se porte naturellement sur des institutions wallonnes, du fait qu’on y parle leur langue. En ce qui concerne la Région Bruxelloise, l'offre de services d'aide aux personnes relevant de la Communauté flamande y est quasi inexistante, selon des sources bien informées.

Écrit par : Michaël HENEN | 18/05/2008

C'est faut La dernière Phrase est fausse, j'ai dans ma proche famille, une personne qui habitait autrefois dans le Brabant flamand,et qui était francophone, lorsque celle-ci a déménagé à Bruxelles, elle a pu bénéficier de tous les travaux nécessaires de la région flamande du à son état dans sa nouvelle habitation, ces travaux pourtant conséquents ont été remboursés à 95%, bien sur au début, cette personne a du s'inscrire avec une carte d'identité d'expression flamande quoiqu'elle était unilingue francophone , mais cependant le délégué de la région flamande très aimable par ailleurs qui a approuvé les travaux lui a toujours répondu dans le langage qu'elle comprenais, pourquoi ce choix au départ??? Pour la simple raison que la région flamande est beaucoup plus souple que la région Bruxelloise qui n'en a malheureusement pas les moyens, maintenant elle a choisi sa nouvelle carte d'identité en Français alors arrêter de dire des contre vérités, cela rend incrédible tous le reste, de votre discours.

Écrit par : Neuville Robert | 18/05/2008

Souplesse ? La Région flamande souple ? il yen a qui prennent leurs rêves pour des réalités. La Région flamande est une entreprise destinée à favoriser l'implantation du flamand par tous les moyens, légaux illégaux et même mafieux pour arriver au but ultime: le grand Etat flamand englobant Bruxelles, TOUTES les communes actuellement à facilités, incluant les Fourons et Mouscron-Comines et même s'ils y arrivent un petit bout du nord de la France. Y arriveront-ils? Les laissera-t-on faire ? Telle est la question qu'il faut poser aux politiciens francophones.

Écrit par : Charlier Jambe de Bois | 18/05/2008

La dernière phrase est fausse, mais tout le restant est exact Robert N.
Bravo Philippe pour votre plaidoyer. Je partage votre point de vue à 100% et j'espère que le MR aussi.....

Écrit par : Buck | 18/05/2008

A charly Vous interprétez mon commentaire à votre bonne convenance, la question que je me pose est la motivation du changement d'attitude du MR et de Philip entre novembre ou ils étaient prêt à pactiser avec le diable qu'est la NVA et maintenant, aussi je me pose les questions suivantes.
Es ce pour courir derrière le "non" de Milquet?
Es ce dans le but de laisser pourrir la situation pour provoquer un changement de Gouvernement?
Es ce pour d'autres raisons stratégiques inavouables?
Permettez moi de m'interroger sur les motivations du changement d'attitude subite du MR qui de plus a lâché son fauve FDF dans l'arène à un bien mauvais moment afin de récupérer sans doute un maximum de voix à Bruxelles.

Écrit par : Neuville Robert | 18/05/2008

A Charlier (et non Charly) Récupération de Bruxelles par les flamands, ma parole vous vous croyez encore dans une guerre du moyen âge, habitant Bruxelles, je sais très bien qu'ils ont définitivement fait leur deuil d'implanter le flamand dans cette ville, tout au plus ils essayent de tirer un maximum de profit de leur participation politique de la gestion de la ville, mais comme tout se passe très bien dans la coalition actuelle ( mis à part quelques écarts de Brigitte Pauwels) il faudra au MR/FDF plus de 40% des voix au prochaines élections pour rentrer dans la majorité.
Et ne venez surtout pas me traitez de provocateur, surnom qui m'a déja été donné par un flamand du Vlaams Belang que j'ai plus ou moins habilement débusqué à sa grande colère sur le soir.be, cela n'étonnera certainement pas Philip qui me connait assez pour croire que c'est un fait réel.

Écrit par : Neuville Robert | 18/05/2008

Cela s'anime... @Buck Merci, je ne parle pas au nom du MR mais en mon nom propre... Ceci dit tout laisse penser qu'après la nouvelle gifle infligée à la chambre, les partsans de la "con-ciliation" ait beaucoup de mal à faire entendre leur voix.

@Robert Neuville, il me semble difficile de généraliser à partir d'un cas particulier, fusse-t-il celui vécu par l'un de vos proches et de nier les dispositions, prises par le gouvernement flamand, que je souligne dans mon article... Je ne suis pas le seul d'ailleurs à avoir relevé ces faits, je ne fais que relater ce qu'en pense les instances et la presse internationales.

Je ne partage d'ailleurs pas votre pessimisme sur les chances pour le MR d'entrer dans une majorité à Bruxelles au vu des résultats du dernier scrutin et même des derniers sondages publiés... Le MR conserverait le leadership conquis de haute lutte au scrutin fédéral. Ce serait alors à lui de former un gouvernement. :-) Il va sans dire que ce détail change considérablement la donne, ne croyez-vous pas? L'actuel cartel wallon (PSCDH) ne disposerait quant à lui plus d'une majorité, si on en croit toujours ces mêmes sources d'information.

En novembre, le MR était en effet prêt à négocier un accord...même avec les nationalistes de la N-VA, qui était alors bien plus discret qu'aujourd'hui. Ils semblaient même contrariés qu'un accord soit possible. Didier Reynders avait négocié longuement un accord socio-économique ambitieux et mis le PS dans l'opposition. Le MR a toujours affirmé sa volonté de négocier une réforme de l'état, contrairement à d'autres protagonistes de l' Orange bleue...au risque de me répéter, il fallait répondre oui aux 3 questions posées par Yves Leterme... Ce "oui" n'a jamais voulu dire que le MR aurait renoncé à défendre ses électeurs de la périphérie et qu'il aurait mis fin à son alliance avec sa composante FDF. Cela ne veut pas dire non plus qu'il aurait accepté une réforme déséquilibrée, mettant en cause par exemple la solidarité interpersonnelle. Mais la marge de négociation était plus importante alors, vu la solidité et la force du programme socio-économique. Les pistes de négociation sont connues de tous et n'ont d'ailleurs pas changé depuis!!!

Le CDH ne semblait pas pouvoir dire oui sans le PS autour de la table, le résultat est qu'on cherche encore le programme socio-économique de Leterme I et qu'on ne semble pas avoir non plus progressé d'un pouce en matière communautaire. Quelle est la plus-value du PS dans ce gouvernement? Sinon qu'il s'est attribué tous les "succès" sociaux du CDH ;-), vous avez dit un marché de dupes?

Écrit par : Philip Hermann | 18/05/2008

@ Michaël Merci pour ces infos... Décidement dans les Fourons, on a une excellente connaissance de ces dossiers!!!

Écrit par : Philip Hermann | 18/05/2008

Pour la future coalition à Bruxelles, on verra, car les emigrés font beaucoup d'enfants, mais si cela se passe comme dans certaines communes la victoire n'est pas une garantie, de gouverner surtout que les flamands ont leur mot à dire, cependant, je suis persuadé qu'à la région Wallone vous serez de nouveau au pouvoir, à condition que vous deveniez le premier parti, ce qui est loin d'être joué, alors ce sera sans doute à vous de choisir vos partenaires.
D'autre part à ce que je sache il n'est écrit nul part dans la constitution que c'est obligatoirement le parti qui a gagné les élections qui doit être au pouvoir c'est seulement une habitude Belge, qui peut être changer en cas d'échec des négociations.

Donc en novembre 2007, vous saviez après l'échec que c'était une comédie de la NVA ce n'est pas ce que vous sembliez dire en rejetant l'échec sur la seule Mme Milquet, c'était aussi une comédie.

Écrit par : Neuville Robert | 18/05/2008

En répondant oui aux trois questions de Leterme Celui-ci aurait été confronté aux exigences inacceptables de la N-VA et il aurait été forcé de trancher. En répondant par la négative, Joëlle Milquet a permis aux socialistes de revenir à la table... C'est bien là son seul exploit. Ce retour a paralysé le programme socio-économique prévu par l' Orange bleue mais n'a strictement rien résolu du point de vue de la négociation communautaire.

Au contraire, tous ces atermoiements nous ont rapproché des échéances régionales...ce qui rend les choses plus difficiles encore. La N-VA a sa part de responsabilité dans l'échec de l'Orange bleue, c'est indéniable mais le cdH est loin d'être innocent, lui aussi. Tout cela pour se faire voler la vedette par les socialistes concernant tous les aspects sociaux de l'accord de gouvernement par ailleurs très maigre de Leterme I. Le coup de force à la chambre réduit d'ailleurs celui-ci à néant, puisqu'il était convenu que BHV ferait l'objet d'une solution négociée.

Leterme I ne tient plus qu'à un fil et je ne suis pas le seul à le dire et la famille social-chrétienne est largement responsable de cette fragilité...même si cela ne vous plait pas. :-)

Écrit par : Philip Hermann | 19/05/2008

Concernant BHV Il se dit ici à Bruxelles que le CDNV a commis une grande erreur en réclamant la scission de BHV en effet leurs électeurs se trouvant principalement à Halle et Vilvorde, il prenne le gros risque que le Vlaams Belang ne soit incontournable à la gestion de la région Bruxelloise surtout que à contrario du CDNV, le Vlaams Belang du célèbre ex-commissaire francophone de Shaerbeek Demol puise ses électeurs dans les masses populaires désabusés des 19 communes et même souvent des francophones qui votent pour le Vlaams Belang, maintenant pour Leterme c'est devenu un véritable noeud gordien, pour moi la seule solution est qu'il vont devoir admettre bon gré mal gré le retour aux anciennes circonscriptions du siecle passé, mais dans ce cas il voudront ramené un autre scalp, mais lequel? peut être celui du FDF, je crois qu'on est plus loin d'une dissolution, ce qui expliquerait que certains partis se préparent aux élections via des déclarations incendiaires.
Concernant, Milquet je trouve contrairement qu'elle s'est très bien débrouillé et je vais même t'avouer qu'elle me surprend en temps que vice-première et qu'elle apparait comme beaucoup plus sereine que du temps des négociations, de toute façon elle peut compter sur mon aide pour démoralisé les troupes du MR fréquentant par centaines les forums du soir.be, j'espère qu'elle s'en apercevra et qu'elle me donnera une médaille après les futures élections.

Écrit par : Neuville Robert | 19/05/2008

@ Robert Neuville... Votre premier commentaire (" C'EST FAUT ") s'adressait-il à moi ? Le cas échéant, sachez que je ne traitais que de l'assurance-dépendance et non de l'aide aux personnes comme vous l'entendez.
Ceci dit, dans l'affirmative à ma question sachez que je ne vous en tiens absolument pas rigueur.

Écrit par : Michaël HENEN | 20/05/2008

@ Philip et Robert Neuville... La fragilité du Gouvernement Leterme incombe surtout, et beaucoup de gens ont tendance à l'oublier, au CD&V, notamment de par son alliance avec la N-VA.

Si je suis socialiste jusqu'au bout des ongles ou jusqu'à la moëlle (c'est comme on l'entend), j'apprécie certains (et donc, pas tous) gestes des mandataires FDF et/ou cdH vis-à-vis des velléités flamandes, dont on entendra encore parler beaucoup dans les jours, semaines et mois qui viennent.

BHV est au frigo, mais tout ce petit monde politique a-t-il bien regardé la date de péremption sur l'emballage ? Le compte à rebours est lancé...

Écrit par : Michaël HENEN | 20/05/2008

a Michaël Excuse moi, mais j'étais un peu énervé par le discours incendiaire de Mainguin que je venais de lire, même s'il dit des choses véridiques, je trouve que ce n'était absolument pas le moment de jeté de l'huile sur le feu, au moment ou le pays a besoin de calme, surtout qu'il rentrait dans les détails, on aurait dit qu'il était déjà en campagne électorale, par contre si tu ne l'a pas encore lu, j'apprécie beaucoup les déclarations courageuses du professeur d'université de la KUL Paul De Grauwe paru dans De Standaard et traduite dans le Soir.be de ce lundi de même que j'ai retrouvé un article paru dans la libre.be du 26/11/2007 de Christian Maroy
Si nos hommes politiques tant du Nord que du Sud pouvaient lire chaque jour ces 2 articles, notre pays ne s'en porterait pas plus mal Salutations et encore toutes mes excuses car, en réalité je n'avais retenu que la dernière phrase et il est exacte que j'avais cru que c'était écrit par une autre personne, ce n'est que 1 heure après que je me suis rendu compte de mon erreur, mais il était trop tard cela m'apprendra à tourner 2 fois ma langue dans la bouche avant de répondre aussi vite.

Écrit par : Neuville Robert | 20/05/2008

A Michaël Henen Encore un petit mot pour dire que de temps en temps dans mes nombreux commentaires du Soir que tu fréquente occasionnellement je glisse un petit mot pour qu'on n'oublie pas la situation des Fourrons, mais hélas ces commentaires ne comprennent qu'un maximum de 10 à 12 lignes et comme j'essaye surtout de démoralisés les troupes aussi bien du Vlaams Belang que les troupes du FDF il ne me reste pas beaucoup de place, surtout que je dois faire attention de ne pas être excessif et d'aténuer certaines de mes propos en fin de commentaire, en effet je ne me cache pas derrière un pseudo, mais si on m'envoie un virus, quoique je sois bien protégé ce sera l'occasion de me payer un nouvel ORDI.

Écrit par : Neuville Robert | 20/05/2008

C'est pas fini ...

Le conseil de communal de Vilvorde a adopté au début de la semaine un nouveau règlement communal portant sur la mise en vente d’une parcelle de terrain communal de 11.000 m2 à des promoteurs immobiliers, soumis à une autorisation de bâtir et qui auront l’obligation dans les deux ans d’y construire des immeubles à appartements.

Selon le FDF, qui l’a déploré ce jeudi, la vente sera conditionnée par l’obligation de connaissance du néerlandais de l’acheteur potentiel. Il s’agit du même processus que celui déjà en vigueur pour les habitations sociales à Vilvorde sous le contrôle et l’accord préalable du Collège des bourgmestre et échevins de Vilvorde, a estimé le Front Démocratique des Francophones.

Le promoteur ne pourra retenir que des acheteurs « capables de mener une vie communautaire en néerlandais dans une ville flamande », ce qui ouvre la porte « à toutes les discriminations possibles et imaginables », a encore commenté la section locale du FDF, parlant de « déni de démocratie et de racisme ».

Ce nouveau règlement a été approuvé à l’unanimité de tous les conseillers communaux flamands de Vilvorde.



Écrit par : Guillaume | 22/05/2008

La vente de terrains communaux sous conditions, n'est pas nouvelles, aux début des années 90, elle avait déjà été appliqué par l'ex majorité flamande de Rhode, sans que cela n'empêche cette commune de devenir à 60% Francophone, les ventes des terrains communaux restant insignifiantes par rapport aux vente du privé, de plus, ce n'est pas la vente de quelques terrains communaux qui parvient à neutraliser la propagation du Français dans les communes de la périphérie, ce qui a pour conséquence la grande phobie des majorités flamandes de ces communes, personnellement j'ai habité de 1990 à 1999 à Alsemberg/Beersel et je peux vous assurez que n'étant cependant pas un bon bilingue(l'ayant plus ou moins appris après l'âge de 30 ans) Toutefois je n'ai jamais eu le moindre problème, mais j'ai fait attention de prendre un notaire Flamand qui me traduisait tout de même que le constructeur de ma villa(BIK) qui était une société flamande du coin, mais on ne peut tout avoir, en effet des terrains à moitié prix sont plus important que quelques tracasseries administratives, que tous le monde parvient à contourner, même les immigrés qui commencent à arriver en masse de Bruxelles à cause de la pression immobilière des Européens et qui remplacent petit à petit les jeunes cadres Francophones qui préfèrent le Brabant Wallon.

Toutes ces histoires me font pensé à une histoire récente d'il y a 15 jours, une de mes connaissances habitant une des communes à facilités était furieuse d'avoir reçu une contravention pour stationnement illégale sur une piste cyclable et était persuadé que c'était parce qu'elle était francophone qu'elle avait été sanctionné par la police de Rhode, c'est méconnaître l'informatisation de notre nouvelle police qui se contente d'inscrire le numéro de plaque et d'encoder le code d'infraction et tout se fait automatiquement, devinez pour qui vote cette personne, je n'ai même pas pris la peine de discuter avec, trouvant sa colère ridicule, alors les affirmations du FDF vous savez, cela rentre par une oreille et cela ressort par l'autre, ce qui ne m'empêche pas de trouvé honteux le Wooncode si il est réellement appliqué, mais le fait même qu'il existe est scandaleux, de même que l'attitude de Marino Keulens que je trouve tout aussi scandaleuse, profitant de la nouvelle tutelle des communes par les régions pour se faire une pub électorale de bon flamand pure et dure.

Écrit par : Neuville Robert | 23/05/2008

Une petite rajoute Ce jour, je me suis rendu occasionellement dans une pharmacie d'une commune à facilité à 50/50 tenue par de purs Flamands et qui ne me connaissait pas et alors que je n'avais pas encore prononcé le moindre mot, m'a parlé spontanément seulement en Français, je pense que beaucoup de "néérlandophones de la périphérie" sont pour le moment tellement honteux de l'attitude de leur politiciens qu'ils essayent de se faire pardonnés en ne parlant que le français quand ils ont un doute sur l'appartenance linguistique de leur interlocuteur, c'est un phénomène assez récent que j'ai constaté à plusieurs reprise.

Écrit par : Neuville Robert | 23/05/2008

@ Robert... Ce n'est pas parce que les ventes de terrains communaux restent insignifiantes par rapport aux autres qu'il faut excuser cette discrimination flagrante qui s'applique de plus en plus en Région Flamande : de futurs terrains communaux seront bientôt à vendre à Fourons et je crains que les conditions d'octroi (mais je peux me tromper) comporteront tout du moins une discrimnation de ce style.

Je crois, en toute amitié, que votre rejet du FDF vous pousse à déclarer des choses que vous ne pensez pas vraiment...

Écrit par : Michaël HENEN | 23/05/2008

A Neuville Robert,

Pour être candidat acquéreur selon le site de la commune, il faut soit un diplome de l'enseignement flamand soit passer un test et si on échoue bah c'est comme le wooncode 240 heures de formation intensive et si vous êtes marié ou cohabitant légal, votre compagnon doit aussi réussir les tests.

Écrit par : Guillaume | 23/05/2008

Mi il n'y a jamais de différence entre ce que je dit et ce que je pense? la différence entre vous et moi, c'est que j'y habite, il ne faut pas confondre les Fourrons avec la périphérie, le FDF ne survit que des tensions, sinon il est mort cela vous pouvez le comprendre vous qui faites de la politique, et c'est malheureusement de bonne guerre, maintenant dite moi ce qui va se passer si le MR/FDF et le Vlaams Belang (ce qui est fort possible dans un climat de tension) arrive au pouvoir à la région Bruxelloise, si dans les fourrons vous aimez les bagarres, c'est votre droit mais c'est mon droit de penser le contraire en temps que citoyen.
Sachez également que je ne suis membre d'aucuns partis même si je trouve que le CDH depuis quelques années fait un sans faute, ce qui est heureux pour la récupération des voix de gauche perdues par le pS, ce que je déplore le plus chez les partisans du FDF est qu'ils ne déclarent jamais leur appartenance, mais pour les côtoyés tous les jours je les repères immédiatement, que ce soit dans la vie privé ou sur les forums du soir, il faut avouer que c'est un jeu d'enfant pour moi, la principale qualité d'un bon commercial, c'est de deviner les pensées de son interlocuteur, bien sur je me trompe parfois mais rarement quand je suis en face d'un partisans du FDF, ils ont toujours le même discours et les mêmes affirmations.

Écrit par : Neuville Robert | 24/05/2008

@ Robert Neuville... Robert,

Comme vous le savez déjà, j'ai beaucoup de respect pour vous.

Toutefois, je me permets de vous rectifier par rapport à votre dernier commentaire : personne ne cherche la bagarre à Fourons et je ne vois d'ailleurs pas où j'ai écrit ou dit cela.

Par contre, ce qui est certain, c'est qu'aucun Francophone n'y a envie de se laisser torturer par les brimades administratives que la Flandre, la Province du Limbourg belge, la Commune de Fourons, la Vlaamse Maatschappij voor Watervoorziening, la Vlaamse Zorgkas et même... certains ministères fédéraux leur font subir.

La comparaison ne souffre aucune discussion : les problèmes de ce type sont pareils, que ce soit à Fourons ou en périphérie ! Damien Thiéry, Arnold d'Oreye et François van Hoobrouck m'ont cité exactement les mêmes problèmes que ceux rencontrés chez nous.

Et, quand vous me dites que je n'y vis pas, en effet, je n'habite pas en périphérie ; je suis moi-même quasi parfait bilingue, voire trilingue moyen (avec l'allemand) et connais le patois de ma région sur le bout des doigts (auquel je peux ancore ajouter le wallon que j'ai appris avec mes grands-parents !).

La bonne volonté ne manque pas dans mon chef vis-à-vis des Flamands, mais force est d'avouer qu'ils ne me le rendent pas... Et cela, c'est aussi la même histoire qu'en périphérie. Je parie que si j'habitais en périphérie, je rendrais la vie encore plus impossible à la tutelle flamande que je ne le fais déjà ici à Fourons. N'oubliez pas, Monsieur Neuville, que Francophone, représente bien plus qu'une langue, c'est bien une identité culturelle avant tout que la Flandre essaie à tout prix d'éradiquer sur son territoire. Méfiez-vous de la N-VA, de DEdecker comme du PJU-PDB en Communauté Germanophone : tous ces gens sont extrêmement dangereux !!!

En ce qui concerne un pouvoir absolu du MR/FDF et du Vlaams Belang à la Région de Bruxelles-Capitale, cette hypothèse est mathématiquement impossible (le FDF ne représente pas tout le MR - Armand De Decker, Gaëtan van Goidsenhoven et Françoise Bertieaux, par exemple ne sont pas encore FDF, à ce que je sache ) et serait complètement absurde vis-à-vis des citoyens flamands de la Région puisqu'ils ne représentent que 10% de l'électorat et le MR refusera catégoriquement une alliance avec le VB, même s'il obtenait une majorité absolue, ce qui est tout aussi farfelu !

Écrit par : Michaël HENEN | 25/05/2008

a Michaël OK, mais alors comment expliquer pourquoi aux dernière élections régionales, Jos Chabert à implorer à la TV pour que quelques francophones votent pour son parti afin de barrer la route aux Vlaams Blok de Demol, de là à ce que je vote pour son parti le CDNV il y a une marge que je ne franchirai jamais, qu'il se débrouille avec son propre parti pour ne pas scinder BHV.Non, non le risque est bien réelle surtout si le FDF continue à jeter de l'huile sur le feu ce qui va contribuer à radicaliser les électeurs flamands la différence entre les séparatistes flamands et les autres est très réduites, en cas de scission le risque est encore plus grand, le CDNV ayant le plus d'électeurs dans les petites communes du Brabant Flamand.
Ayant habiter pendant 20 ans Linkebeek, j'ai très bien connu le père de Damien Thierry et surtout son successeur Frans Van Eycken à l'origine échevin des sport, d'autant plus que j'étais Président fondateur d'un club de tennis de table dans la commune, j'ai d'ailleurs voté pour eux aux 3 élections communales et j'ai participé tous les samedis pendant un an à la rénovation d'une grosse villas pour jeunes handicapés qui s'appelait " La Maison" ce qui ne m'empêche pas de penser qu'avec le recul ils ont eu tort d'adhérer au FDF, naturellement, ils ne l'avoueront jamais.
Quand à De Decker, si je n'aime pas le personnage, il est bien trop imbus de lui même et de ses idées ultra libérale et n'acceptera jamais une alliance avec le Vlaams Belang, peut être avec la NVA plus proche de ses idées, à condition que ce soit lui le plus fort.

Écrit par : Neuville Robert | 25/05/2008

Rectification Je parle bien entendu, de Jean Marie De Deccker, il ne s"agit évidement pas de Armand De Decker qui est un de mes nombreux voisin, et que j'apprécie parce que c'est u, modérateur du parti MR.

Écrit par : Neuville Robert | 25/05/2008

Sur un des Forums du soir, j'avais également soulevé le fait que ce n'était aucunement l'intérêt du CDNV de réclamer la scission de BVH, leurs électeurs se trouvant en majorité dans les régions rurales du Brabant flamand: Un bruxellois francophone comprenant parfaitement de quoi je voulais parler a envoyé le post suivant: Vous avez sans doute raison mais alors il faudra au CDNV ramener un autre scalp.
Maintenant, il est fort possible que la semaine prochaine ils continuent a réclamer cette scission, pour ne pas perdre la face mais alors vous pouvez être certain que c'est du cirque et que les élections ne sont plus très loin.

Écrit par : Neuville Robert | 28/05/2008

Le CD&V a trouvé la parade, il y a avec la proposition de scission apparentement avec les bruxellois flamands. C'est dit sur le blog de Fabrice Grosfilley

http://ruedelaloi.blogspot.com/

Écrit par : Guillaume | 29/05/2008

Philip, je pense, que tout comme moi tu a compris pour quel parti allait les sympathies, de l'auteur du commentaire précédent.
Cela dit, il est dans la lignée de ceux, que je rencontre sur le soir.be, ils essayent de dissimuler pour quel parti vont leurs préférences, pour apparaître plus neutres et plus crédibles dans leurs affirmations.
ll prend bien garde de ne pas citer la phrase de Grosfiley qui informe que BHV serait discuter entre les Présidents de partis francophones pour prendre une position commune vis-à-vis du CDNV et il rajoute textuellement :" Pour cela il faut que les néerlandophones reconnaissent qu'une scission n'est pas leur objectif" !!!

Écrit par : Neuville Robert | 30/05/2008

LES APPARENTEMENTS Non, les apparentements ne sont qu'une vaste comédie pour les raisons ci-dessous:
1) Les apparentements, ne sont pas demandés par la cour constitutionnelle flamande.
2) Les apparentements ne peuvent concernés qu'un élu au maximum par parti, ceux-ci, pour qui connaît le système peuvent jouer dans le sens contraire comme de Bruxelles vers le Brabant flamand.
3) Ces apparentements peuvent également favorisés le Vlaams Belang ou du parti de JMDD surtout en période de crise.
Je maintiens ma position que le CDNV est embarrassé par ses propres exigences sur BHV, d'ou une des causes des divisions internes de ce parti qui en est à son 4ème Président en un an.

Écrit par : Neuville Robert | 30/05/2008

Mes pronostics, mais je peux me tromper,comme dirait un homme célèbre. -Des élections régionales anticipées parce que c'est l'intérêt de plusieurs partis, afin de ne pas donner le temps au PS et au SPA de se resssaisir, surtout que pour le VLD, il récupérera sa locomotive élèctorale Guy Veroofstad qui sort renforcé de la crise actuelle.
-Un accord dans les prochaines semaines sur une régionalisation à condition de le faire admettre par Joêlle Milquet surtout si la proposition est mal ficelé.
Une mise au frigo de BHV, après de longues discussions et un échec, ce dont profiteront les Présidents pour accélérer les prochaines élections.
-Un abandon du FDF par le MR après les élections, pour donner une chance de participation au gouvernement de la région Bruxelloise, suivit d'un ralliement au MR de quelques grosses locomotives électorales du FDF afin de préserver leur avenir personnel au sein du MR.
Seront les dindons de la farce, le PS,le SPA et dans une moindre mesure le FDF qui aura sans doute 4 élus au lieu de 2, mais qui en reperdront 2 qui iront rejoindre le MR, après les élections.
-Une disparition total du FDF dans les 5 à 10 ans.
-Un éclatement du cartel CDNV/NVA, après les élections, la NVA cherchant une alliance avec le parti de JMDD.
Philip.... arrête de rire, je travaille sérieusement.
Concernant un commentaire précédent il s'agissait bien sur de Christian Van eycken et non Franck, que j'ai très bien connu il y a 20 ans et qui, s'il a abandonné son poste de Bourgmestre est encore le seul élu francophone à la province du Brabant Flamand.
A +

Écrit par : Neuville Robert | 30/05/2008

Selon une étude de la KUL réalisée auprès d'un millier d'électeurs flamands entre septembre 2007 et janvier 2008 :

45,8 % sont pour un Etat fédéral où les régions et communautés reçoivent encore plus de compétences.
20,2 % sont pour un statu quo institutionnel.
10,9 % veulent un Etat fédéral plus fort.
11,4 % souhaitent le retour à une Belgique unitaire (suppression des régions et communautés).
9,4 % sont pour la scission de la Belgique.

Écrit par : Un petit Belge | 10/06/2008

Les commentaires sont fermés.