04/07/2008

Elio Di Rupo : fallait pas l’inviter !?!

Elio Di Rupo semble de moins en moins inspiré dans son action politique : aujourd’hui, il menace d’abandonner le gouvernement Leterme I si celui-ci ne se soumet pas à ses exigences sociales.  Il souligne sa détermination en engageant une coûteuse pré-campagne électorale en publiant une pleine page de populisme dans l’ensemble des quotidiens francophones aujourd’hui.

lalouxdirupo300

Il semble avoir trouvé un nouveau gimmick publicitaire pour lancer cette campagne : le pouvoir d’achat en parler, c’est bien…l’augmenter, c’est mieux.  C’est choc, c’est efficace, du strict point de vue de la communication…c’est parfait !!!  Il s’agit d’ailleurs du recyclage d’un slogan publicitaire bien connu.   Mais c’est évidemment faux et mensonger jusqu’à la racine.

 

Qui dans le gouvernement Leterme ne veut pas augmenter le pouvoir d’achat des gens ?  Le renchérissement du coût de l’énergie, l’inflation qui en découle, préoccupe la population et bien évidemment aussi les politiques.  Le monde politique est unanime à ce propos…

 

Vouloir s’approprier seul cette thématique, est à la limite de l’obscène.

 

La revalorisation des plus petites pensions, qui ont souvent comme origine un statut d’indépendant, ou une carrière partielle, ce qui est souvent le cas pour les femmes, est au programme de tous les partis politiques.  La revalorisation des pensions d’indépendants, est un thème porté par le seul MR depuis des lustres.  La suppression de cotisation générale de solidarité pour les pensionnés a également été portée depuis de nombreuses années par le seul MR.  Marie Arena, bombardée ministre des pensions après avoir échoué à la communauté française, ne pourra si facilement laver l’échec de son décret inscription à l’enseignement…et on ne parlera pas de sa douche.

 

Depuis quelques jours, certains partis politiques, dont le PS, et mouvements syndicaux découvrent que la meilleure façon de revaloriser les rémunérations est la voie fiscale.  Opposer réforme fiscale (un leitmotiv du MR depuis de nombreuses années) et sociale n’est rien d’autre qu’un simple artifice de communication.  Cette forme de revalorisation du pouvoir d’achat présente l’avantage de ne pas pénaliser la compétitivité de nos entreprises et donc de préserver l’emploi.  A la différence des méthodes souvent proposées par les socialistes, ces mesures ne sont pas conditionnelles et ne nécessitent l’intervention d’aucun politique clientéliste pour être obtenues.

 

A l’environnement, Magnette ne convainc  guère et certainement pas les experts : baisser la TVA sur les produits pétroliers est une hérésie écologique (voir ci-dessous) et l’idée de différencier les taux de TVA pratiqués pour les possesseurs ou non de piscine, est simplement impossible à mettre en œuvre, sauf à recruter des milliers d’agents vérificateurs de la température des piscines et autres jacuzzis par grands froids.  Simplement ridicule jusqu’à la plus totale absurdité.   Comment différencier le taux de TVA pour du mazout destiné à chauffer une habitation ou une piscine?

 

Le PS d’ Elio Di Rupo n’échappera pas à cette dure réalité : il n’a plus rien de sérieux à proposer, il n’a plus d’autre voie que de voler les idées de ses partenaires politiques pour conserver un semblant de légitimité politique, il ne peut se passer d’être présent au gouvernement (voir l’affaire onckendaele, qui rapportait plus de 800 000 €/an au couple) et il n’y a été invité que parce que le cdH l’a imposé et pour permettre la vaste réforme institutionnelle, souhaitée par les partis flamands. 

 

Son raidissement actuel et sa volonté de dynamiter ce gouvernement de la dernière chance avant une crise dont personne ne peut prévoir l’issue, ne peut être expliqué que par des motivations électoralistes et par un calendrier judiciaire défavorable (les affaires de Charleroi seront jugées en avril-mai 2009) à une campagne électorale, qui se déroulerait aux dates prévues.

Commentaires

Fallait pas l'inviter... Aisé de dire cela aujourd'hui.
Mais qui a voulu absolument la présence du PS au sein d'un gouvernement éphémère?
Tout simplement son aile droite le CDH et Madame NEE.
Le peuple avait déjà donné son avis le 10 juin 2007, mais le CDH poussé par le PS n'a fait que mettre des bâtons dans la mécanique pour reporter les questions institutionnelles, qui de toute manière devront être débatues et appliquées.Ne pas le faire serait une inepsie totale et une preuve d'incompétence de l'ensemble des partis Francophones.
Cela fait 40 ans que la Flandre revendique la scission de BHV, mais aujourd'hui la Wallonie est déforcée suite aux agissements de bidouillages du PS depuis quelques années et en subit aujourd'hui les conséquences.
C'est ce que je m'éforce d'essayer de traduire sur mon blog depuis quelques mois, mais il semble que le peuple n'est plus à même de réagir à cette mal gouvernance de nos politiciens.

Écrit par : LE DENONCIATEUR 2 | 06/07/2008

Au dénonciateur 2 Mme Milquet à dit "non" en Novembre pour une raison bien simple et compréhensible sauf par vous qu'il n'y avait pas de majorité des 2 tiers pour parler de l'institutionnel et qu'il fallait mettre dans le coup soit les écolos soit le ps, Les écolos ne voulant pas se mouiller à cette époque, heureusement que le ps a accepté l'invitation, sans quoi nous serions toujours sans gouvernement même si ce n'est pas la solution idéale, arrêter donc de dire des contre-vérités, c'est comme cela que le MR risque de se retrouver encore longtemps dans l'opposition aux régions surtout que celles-ci ont de plus en plus de pouvoir donc il serait grand temps pour l'avenir du MR de faire la paix du moins en apparence avec les partis de gauche et consacrer vous surtout sur votre propre programme car je ne suis même plus sur que vous en avez un.

Écrit par : Neuville Robert | 07/07/2008

Au dénonciateur 2 Je me suis trompé sur votre idéologie parce que je ne savais pas que des discours tel que le vôtre existait encore en Wallonie. Je viens d'aller sur votre site, mais ma parole vous n'êtes même pas du MR qui eux ont quand même un discours plus social et plus réaliste surtout du temps de Michel, vous avez un discours d'extrême droite du genre que l'on trouvait entre 1930 et 1940 en Wallonie, donc vous ferez bientôt alliance avec le Vlaams Belang, vous avez exactement le même genre de discours la haine des Wallons en moins.

Écrit par : Neuville Robert | 07/07/2008

"Mme Milquet à dit "non" en Novembre"

Madame Milquet a torpillé les négociations de l'Orange-Bleue, suite à son manque d'expérience dans ce genre d'exercice.

Pourquoi vouloir réunir les 2/3 à la place des autres, quand on est pas demandeur de réformes institutionnelles ?

Écrit par : himself | 08/07/2008

Deux réflexions Une réflexion par rapport à l'article : votre analyse de l'attitude du PS me semble correcte. J'ai moi aussi le sentiment qu'ils se livrent à un baroud au sein de ce gouvernement. Qu'ils en prédisent la chute et tentent de rafler la mise tant que faire se peut. À cet égard, votre argument du calendrier judiciaire me semble pertinent : on en parlait déjà en juin 2007, il est opportun de le rappeler.

Une deuxième réflexion, sur la supposée inébranlable volonté du cdh d'imposer le partenaire socialiste... Gardons-nous des discours simplistes. C'est selon moi aussi réducteur que dénoncer la stratégie de Didier Reynders qui aurait tout calculé en vue de rafler le 16...

Écrit par : Francois | 08/07/2008

Il fallait réussir l'orange bleue Je l'ai assez répété sur ce blog. En torpillant celle-ci et en se tranformant en "Mevrouw Nee", Joëlle Milquet a permis à son partenaire régional socialiste de figurer dans cette pièce. Ce retour était plus que souhaité par le MOC, qui est désormais la composante essentielle du CDH. Voilà les faits.

Depuis son accession au gouvernement, le PS s'est empressé de s'approprier toutes les décisions "sociales" et a formulé des exigences absurdes comme cette baisse de TVA sur les produits pétroliers.

Sur le plan communautaire, il n'y a plus de ligne claire au PS mais des courants qui s'affrontent: Moureau est prêt à céder sur tout, Happart et les régionalistes sur rien...seul Demotte semble être plus équilibré. Joëlle Milquet s'abrite derrière son tout puissant allié, qui ne vise pourtant qu'à éviter l'implosion de son parti aux prochaines élections.

Tous les ingrédients me semblent réunis pour l'échec et cette pré-campagne électorale menée par le PS n'augure rien de bon.

Écrit par : Philip Hermann | 08/07/2008

Philippe, que veux-tu dire par "Tous les ingrédients me semblent réunis pour l'échec" ?

Écrit par : himself | 09/07/2008

@ himsef Cela fait partie de la méthode Coué de Philippe

Écrit par : Neuville Robert | 13/07/2008

Les commentaires sont fermés.