09/09/2008

Des vérités qui dérangent...

La campagne électorale pour les régionales a commencé.  Le coup d'envoi vient d'en être donné par Didier Reynders lors du bureau politique du MR de ce lundi.  Après un an et demi, passé à tourner en rond, c'est heureux.

Comme il est heureux qu'un homme politique ose enfin dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas:

  • Aucune solution ne pourra être trouvée sur le plan communautaire avant les prochaines échéances électorales.  Certainement pas avec le plan Peters-Geert Bourgeois qui est aujourd'hui sur la table... ni sans Leterme et sans aucun président de parti, invité.  Cette enième négociation sur le menu et plan de table n'illusionne plus personne, cela fait plus d'un an que cela dure.
  • Ce n'est pas en fin de mandat, à quelques encablures des élections qu'une majorité affaiblie (PS/cdH) - qui si on projette les résultats du scrutin fédéral ne disposerait d'ailleurs plus d'une majorité -  pourra prendre des initiatives sérieuses ou crédibles pour tenter de solutionner cette crise communautaire.  Plutôt que de participer à cette nouvelle pièce de théâtre sans enjeu, si ce n'est de permettre aux deux ministre présidents de s'exposer à bon compte dans les médias, il a raison de préférer répondre comme numéro 2  et premier francophone du gouvernement fédéral, aux véritables préoccupations des gens en matière de pouvoir d'achat notamment.
  • La meilleure manière de restaurer le lien avec l'autre communauté de ce pays, sera au soir du scrutin régional, de pouvoir proposer une véritable alternance par rapport aux politiques du passé en Wallonie et à cette sempiternelle arlésienne du redéploiement économique wallon.  Pour y parvenir, il faudra confirmer le basculement du centre de gravité politique des dernières élections législatives.

L'omerta, exigée actuellement par la majorité PS/cdH sur le redressement wallon, doit être levée.  Les méthodes, qui permettront un réel redressement wallon, sont libérales (comme partout dans le monde où une région a connu un développement économique et notamment près de chez nous, l'Irlande, l'Angleterre, l'Espagne ou encore le nord de la France).  Ce ne sont pas les méthodes socialistes, qui ont quant à elle prouvé toute leur inefficacité depuis 30 ans!!!  J'en veux pour preuve la polémique récente sur les intérêts notionnels, défendus par le seul MR!!!  Combien d'entreprises, dont Monsieur Di Rupo est si fier d'annoncer les investissements (Google, Microsoft, notamment) auraient effectivement investi en Wallonie si son projet de supprimer ce mécanisme, inventé par le Ministre des Finances actuel ;-) avait été accepté, après une âpre campagne mensongère qui plus est!!!

Les commentaires sont fermés.