25/09/2008

Fin de partie pour le cartel CD&V/N-VA


CDVNVA
Voilà c’est fait.  Dimanche, le congrès de la N-VA a retiré son soutien au gouvernement fédéral d’ Yves Leterme et aujourd’hui Geert Bourgeois vient d’être forcé à démissionner du gouvernement flamand.  Même s’il vaut mieux ne pas s’en réjouir déjà ouvertement…  la composante CD&V doit encore se réunir le prochain week-end et c’est ce congrès qui déterminera l’avenir de notre pays, c’est en effet à cette occasion que le « premier » parti de Flandre devra choisir de s’engager ou non sur la voie du séparatisme.

Comme l’on rappelé sur les plateaux dominicaux flamands avec beaucoup de courage, Caroline Gennez (présidente du Spa) et surtout Bart Somers (président de l’ Open VLD) notre pays ne pouvait plus se permettre d’être pris en otage par un parti nationaliste, qui place la séparation de notre pays comme un objectif plus important que celui de gouverner notre pays et faire face aux défis posés par la crise financière, le renchérissement du coût de l’énergie et ses conséquences sur le pouvoir d’achat de la population.

En rendant toute négociation institutionnelle impossible pendant 15 mois et en tenant à la gorge le CD&V en raison de ses intenables promesses électorales, la N-VA a de facto interdit pendant tout ce temps la conclusion d’une grande réforme de l’état.   Le CD&V a maintenant le choix de rejoindre la N-VA sur les bancs des séparatistes, où siègent déjà la Lijst De Decker et inévitablement le Vlaamse Belang ou de s’affirmer comme un parti de gouvernement et tenter d’engranger le plus rapidement possible, le plus d’accords possibles avec ses partenaires francophones afin de ne pas se présenter les mains vides devant les électeurs.

 bourgeois300

Si tel devait être le cas, il sera alors de la responsabilité des francophones d’aider le CD&V, dans la mesure du raisonnable évidemment, à conclure ces accords et à effectuer des arbitrages équilibrés.   Les nœuds à trancher sont aujourd’hui connus de tous, je vous invite, le cas échéant, pour vous les remettre en mémoire à consulter le site www.jevotepourlabelgique.be, que j’avais mis en ligne avec mon ami Alain Mbange à l’occasion de l’anniversaire des élections des élections du 10 juin 2007.  Yves Leterme aura ainsi la possibilité de justifier la confiance de 800 000 électeurs et de transformer ce qui apparaît aujourd’hui comme son échec personnel en succès. 

Ce dimanche, le CD&V et notre premier ministre auront le choix…entrer dans l’histoire de notre pays par la grande porte ou devenir à jamais les otages des séparatistes flamands (N-VA, LDD et Vlaamse Belang).  Par ses déclarations vendredi qui ne faisait que rappeler le point de vue de l’ensemble des négociateurs francophones, Didier Reynders a provoqué ce moment de vérité.  Il était temps !!!

Pourquoi il ne faut pas avoir peur d'un Forza Flandria?

Le risque que constituerait une réunion de l'ensemble des forces nationalistes flamandes (Vlaamse Belang, N-VA, Lijst De Decker voire même les Vlaamse Progressieve) me semble très limité, même si on en parlera beaucoup ce week-end en Flandre à l'occasion du congrès de participation de la N-VA.  Surtout il me semble peu crédible qu'un quelconque « Forza Flandria » puisse constituer un jour une menace pour les partis traditionnels flamands et entraîner la séparation de la Belgique.

VlaamseBelang

En brisant le "cordon sanitaire" autour du Vlaamse Belang, les partis nationalistes encore à peu près fréquentables y perdraient définitivement leur âme.   L'ensemble des partis traditionnels flamands s'empresseront alors de les marginaliser, de les stigmatiser, de les ostraciser et de dénoncer l'extrémisme de leurs positions avec alors une belle unanimité. ;-) Il me semble dès lors tout à fait exclu qu'ils obtiennent une majorité absolue dès cette première élection.

En fait, je crois même que cette option pourrait pacifier pour longtemps la situation communautaire. « Forza Flandria » fera peut-être le plein des voix séparatistes ou presque en Flandre...cela doit représenter environs 30-40% (max) de la population flamande, cela ne fait certainement pas une majorité.  Je ne crois même pas à ce 40%, la population flamande est beaucoup moins politisée et rabiques sur les questions communautaires que la colonisation par le mouvement nationaliste flamand de l'ensemble des partis politiques, ne peut le laisser croire.  Il est même possible que devant la réalité et l'imminence d'une telle séparation, certains qui votaient pour ces nationalistes en n'espérant qu'une réforme de l'état, s'en détournent.

A mon sens, il manque un ingrédient important pour que ce type de mouvement populiste puisse émerger.  Si nous examinons l'histoire...une prise de pouvoir populiste nécessite un climat de crise.  Celle-ci n'existe pas en Flandre, où règne le plein emploi et une prospérité économique certaine. Je ne crois pas qu'une majorité de gens normaux prendront le risque de mettre en cause tout cela pour un "éventuel" grand soir nationaliste...dont on sait par ailleurs qu'il coûtera cher des deux côtés de la frontière linguistique et qu'il privera la Flandre de Bruxelles!!!

Si l'indépendance de Flandre n'est effectivement pas à ce rendez-vous électoral (et elle n'y sera pas), nous aurons droit alors entre ces "égos" surdimensionnés (c'est toujours le cas dans ce type de mouvement populiste) à une guerre post-électorale, qui devrait être définitive. Nous avons connu l'explosion de la Volksunie, nous connaissons aujourd'hui la guerre des chefs au Belang, ajoutez Bart (Dewever) et Geert (Bourgeois) avec l'ineffable Jean-Marie (Dedecker) en arbitre...  Vous pouvez me croire, cela ne durera pas longtemps!!! Ceux-là ne s'entendront pas longtemps !!! :-)  Surtout si la victoire n’est pas au rendez-vous. ;-))

Après un échec de ce type, avec l'aide des partis francophones, qui s'empresseront alors de négocier enfin une réforme équilibrée avec les partis traditionnels flamands, il sera très difficile à ces forts en gueule de réintégrer à nouveau des partis traditionnels, ceux-là seront vaccinés pour longtemps du virus nationaliste. ;-)

Par contre si c'est effectivement le choix de la population flamande de choisir ses dirigeants parmi ceux-là, alors c'est sûr...il vaudra mieux qu'on se sépare!!! LOL

La Flandre sera alors une magnifique région surpeuplée et vieillissante, subissant la montée des eaux, intolérante jusqu'à la débilité, avec à sa tête des représentants de la peste de brune...je ne donne pas cher de sa survie économique ni de son intégration en Europe. LOL

Si c'est là le wonderland, que veut le peuple flamand...qu'il prenne son indépendance... Pour dire le fond de ma pensée, je m'en moque.  Et je suis loin d'être le seul à le penser!!!

Attali_imageJe ne suis d'ailleurs pas plus inquiet pour l'avenir de la Wallonie-Bruxelles.  Sur son blog, Jacques Attali qui est certainement l'un des hommes parmi les plus influents en France (puisque il s’agit entre bien d’autres choses de l’ancien secrétaire de l’Elysée sous François Mitterrand et de l’actuel inspirateur du programme économique de l’actuel président Sarkozy), nous tend les bras.  Si ce n'est cette option qui est retenue, nous pourrons, à n’en pas douter, compter sur un soutien de l’Europe pour sa capitale.  Enfin, je suis tout à fait convaincu que la Wallonie devra un jour ou l'autre prendre en main son destin et se redresser par elle-même, quelque soit l'environnement politique dans laquelle elle évoluera alors.

 


16/09/2008

Les sondages (suite)

On leur fait presque dire ce qu’on veut aux sondages. Ils peuvent tout au plus indiquer une tendance de l’opinion, lorsqu’ils sont réalisés à intervalles réguliers, dans les mêmes conditions et avec les mêmes méthodes. Il est de plus en plus évident que celui publié ce lundi par “Le Soir/RTBF” ne répond à aucun de ces critères et a été manipulé.

Aujourd’hui, la marche arrière est d’ailleurs engagée par « Le Soir » dans son édition de ce matin mais en page 4 ou : on apprend que tout compte fait…le MR ne serait pas en recul mais en progression à Bruxelles (les pourcentages indiqués faisait curieusement abstraction du vote flamand à Bruxelles)!!! Tandis que le PS serait le seul perdant à plus de 7%!!!

En Wallonie, on compare les résultats du “sondage” avec les résulats électoraux de juin 2007, d’où la perte, alors que le MR est bien en progression par rapport aux résultats des élections régionales de 2004. C’est évidemment ces résultats là qui seront pris en compte pour déterminer les gagnants et les perdant des élections prochaines. A cette aune, le PS serait à nouveau le plus gros perdant à environs - 8% par rapport à ses résultats de 2004 et le MR serait en légère mais vraie progression!!!

Enfin il est quand même assez surprenant que les résultats de ce sondage ne soit pas comparé avec les autres sondages “Dedicated Research” commandés par “Le Soir/RTBF” avant les législatives de 2007…dans ceux-ci, le PS se maintenait et gagnait même les élections en restant le premier parti francophone et le MR stagnait par rapport aux élections de 2004…il n’en a bien sûr rien été!!!

Évidemment comparer le sondage pré-élection 2007 avec celui d’hier aurait permis de montrer un MR en progrès. Une tendance claire qu’on a préféré masquer en ne permettant la comparaison qu’avec des résultats électoraux, qui ne sont pas une projection à partir d’un échantillonnage plus ou moins représentatif de la population, mais l’expression du vote de la population!!! Dans le cas de Dedicated Research, cet échantillonnage est sans doute trompeur (sauf si on tient compte d’une marge d’erreur de 5 % mais qui le fait??? à part vous, bien sûr!!!) puisqu’il n’avait pas anticipé le renversement du centre de gravité politique de 2007.

Après avoir torturé les chiffres, il suffit à un éditorialiste particulièrement anti-Reynders de placarder un titre particulièrement racoleur: Le MR s’écrase!!!  Et on construit une “réalité” qui permet à certains, notamment à l’intérieur même du MR, de réclamer la tête de son président, accusé de surcroît de tous les maux!!! Ca me fait presque rire!!!  Surtout qu’il est seul candidat à sa succession !!!  ;-)

Moi je préfère me souvenir que Didier Reynders a mené le MR à la victoire en 2007(ce qu’aucun sondage et/ou expert-politologue n’avait prévu) et je suis convaincu (à la condition c’est vrai que le MR reste uni) qu’il permettra également de savourer une victoire méritée en 2009!!!

15/09/2008

Relativisons le poids des sondages!!!

Aucun sondage (AUCUN) n'avait prévu la victoire du MR aux dernières élections fédérales. Tous les sondages (TOUS) actaient comme une évidence, qu'il n'y aurait aucun effet Charleroi pour le PS.   LOL

 

08_09_14_estivales_333_n1_443


Notre plus grand journal vespéral du matin, associé à notre unique chaîne de service "public"...en profite pour cracher son venin directement sur l'homme, qui préside aux destinées du MR, en espérant sans doute diviser ce parti!!! Le ton haineux de certains articles et de certains titres, ne manqueront pas d’étonner !!!  Déjà lors de la précédente campagne, j’avais pu révéler le parti pris de ce journal dit sérieux et sensé être neutre.  ;-) Cela ne marchera pas !!!   La meilleure preuve de l'unité du MR , c’est qu’aucun candidat n’a pris la peine de se présenter contre Didier Reynders dans la course à la présidence du MR.


Prudent, Dedicated Research annonce une marge d'erreur pour ce sondage de 5%...5% en plus ou en moins pour le MR ou le PS...ce n'est guère anodin!!! LOL  J’avais déjà pris la peine sur ce blog de m’interroger sur la crédibilité de ces exercices et je m’étais un peu attardé sur le déroulement de la soirée électorale, où par hasard…les résultats du Hainaut et de Charleroi ont mis beaucoup de temps à être révélé.  La mine déconfite de certains politologues experts…qui n’avaient pas cru bon d’anticiper ces résultats, avait encore renforcé la joie de cette victoire.

 

Evidemment, on accuse Didier Reynders d’arrogance…  Et quoi, il a envie de mieux pour la Wallonie et il ose dire que tout ne va pas si bien.  Ce faisant, il ferait le jeu des flamands…pire il découragerait les investisseurs.  Si le PS/cdH croit qu’ils pourront si facilement échapper un examen critique de leur action au gouvernement Wallon et Bruxellois, autant qu’il le sache dès à présent…ce n’est pas ce qui va arriver. 

 

L’arrogance, elle est sans doute à trouver dans l’actuelle coalition au pouvoir.  Comment ose-t-elle croire qu’elle échappera à un examen critique de son action politique.  Croit-elle vraiment que 2-3 articles de journaux, une situation communautaire ou économique difficile lui permettront d’imposer l’omerta sur les problèmes que nous avons connus et que nous continuons à connaître en Wallonie ?  3 ministres présidents en 3 ans à la région wallonne, des problèmes de gouvernance publique à répétition dans tous les rouages des institutions wallonnes, des réformes aussi judicieuses que le décret ARENA ou l’interdiction des sodas à l’école, un plan « Marshal » qui ne produit que peu d’effets.  Tous ces sujets seront abordés au cours de la campagne électorale.

 

Vouloir le changement n’est une attitude arrogante qu’aux yeux de ceux qui ont intérêt à l’immobilisme et à l’omerta !!! 

 

17:49 Écrit par Philip Hermann dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, mr, cdh, le soir, didier reynders, luc delfosse, estivales |  Facebook |

09/09/2008

Des vérités qui dérangent...

La campagne électorale pour les régionales a commencé.  Le coup d'envoi vient d'en être donné par Didier Reynders lors du bureau politique du MR de ce lundi.  Après un an et demi, passé à tourner en rond, c'est heureux.

Comme il est heureux qu'un homme politique ose enfin dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas:

  • Aucune solution ne pourra être trouvée sur le plan communautaire avant les prochaines échéances électorales.  Certainement pas avec le plan Peters-Geert Bourgeois qui est aujourd'hui sur la table... ni sans Leterme et sans aucun président de parti, invité.  Cette enième négociation sur le menu et plan de table n'illusionne plus personne, cela fait plus d'un an que cela dure.
  • Ce n'est pas en fin de mandat, à quelques encablures des élections qu'une majorité affaiblie (PS/cdH) - qui si on projette les résultats du scrutin fédéral ne disposerait d'ailleurs plus d'une majorité -  pourra prendre des initiatives sérieuses ou crédibles pour tenter de solutionner cette crise communautaire.  Plutôt que de participer à cette nouvelle pièce de théâtre sans enjeu, si ce n'est de permettre aux deux ministre présidents de s'exposer à bon compte dans les médias, il a raison de préférer répondre comme numéro 2  et premier francophone du gouvernement fédéral, aux véritables préoccupations des gens en matière de pouvoir d'achat notamment.
  • La meilleure manière de restaurer le lien avec l'autre communauté de ce pays, sera au soir du scrutin régional, de pouvoir proposer une véritable alternance par rapport aux politiques du passé en Wallonie et à cette sempiternelle arlésienne du redéploiement économique wallon.  Pour y parvenir, il faudra confirmer le basculement du centre de gravité politique des dernières élections législatives.

L'omerta, exigée actuellement par la majorité PS/cdH sur le redressement wallon, doit être levée.  Les méthodes, qui permettront un réel redressement wallon, sont libérales (comme partout dans le monde où une région a connu un développement économique et notamment près de chez nous, l'Irlande, l'Angleterre, l'Espagne ou encore le nord de la France).  Ce ne sont pas les méthodes socialistes, qui ont quant à elle prouvé toute leur inefficacité depuis 30 ans!!!  J'en veux pour preuve la polémique récente sur les intérêts notionnels, défendus par le seul MR!!!  Combien d'entreprises, dont Monsieur Di Rupo est si fier d'annoncer les investissements (Google, Microsoft, notamment) auraient effectivement investi en Wallonie si son projet de supprimer ce mécanisme, inventé par le Ministre des Finances actuel ;-) avait été accepté, après une âpre campagne mensongère qui plus est!!!

06/09/2008

La stratégie de campagne de Rudy...

est désormais toute communautaire (son nouveau rôle de négociateur communautaire lui monterait-il à la tête?), il s'agit d'interdire tout débat sur la politique actuellement menée par le gouvernement wallon au motif que cela affaiblirait la position wallonne dans la négociation.  La méthode n'est pas nouvelle, elle fait songer aux villages de carton-pâte de l'impératrice Catherine II en Russie, aux dythirambes de la "Pravda" pré-glasnot ou encore à l' omerta sicilienne.

 

14:56 Écrit par Philip Hermann dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2008

Le séparatisme...à l'usure!!!

Voici quelques semaines que je n'avais plus rédigé d'articles pour ce blog, comme beaucoup de Belges j'étais las...Las de répéter sans cesse la même chose, las de cette absence de négociation, las de ce premier ministre et surtout las de ce cartel CD&V/N-VA.

J'ai pris au mois d'août, quelques vacances à la montagne puis dans le sud de la France...dont je suis rentré reposé et en pleine forme.  Il est temps aujourd'hui de me remettre à ce blog, même si rien de véritablement neuf ne semble s'être produit durant cette longue absence.

bartdewevergloups300

Avant ces quelques semaines de vacances, je n'avais pas pris la peine de commenter un énième ultimatum du cartel CD&V/N-VA...tellement la proposition me semblait grotesque après plus d'un an de crise, elle est aujourd'hui portée par le Ministre président Flamand et probable successeur de Leterme (étrangement absent de cette rentrée politique), Kris Peters.

Cette approche a au moins un mérite par rapport aux démarches initiées par Yves Leterme, c'est qu'elle délimite précisément le périmètre de négociation autorisé par la N-VA, qui dicte maintenant de manière claire l'agenda  de son partenaire CD&V.  Cet agenda est et a toujours été celui de la séparation de notre pays, car il ne saurait manifestement plus être question de négociation pour plus de « goed bestuur » ou de réformes institutionnelles voire de confédéralisme!  Tous les sujets, qui devraient précisément faire l'objet  de cette négociation (BHV, statut et limite de Bruxelles, etc.) sont désormais décidés par le seul cartel et simplement posés comme préalables à toute ouverture de discussion.

Tout ceci a désormais un côté dérisoire, surréaliste.  C'est évidemment l'unique objectif de la N-VA, qui est depuis l'origine et très ouvertement un parti séparatiste.  Il apparaît aujourd'hui que le premier parti de Flandre (CD&V) ne peut plus ne pas l'être, malgré les dénégations, sans doute de façade, de sa nouvelle présidente et de quelques ténors aujourd'hui discrédités...qui n'ont peut-être pas encore compris la nature du piège qui est en train de se refermer.  La seule négociation que la N-VA semble pouvoir tolérer, c'est celle qu'il mène avec son partenaire de cartel CD&V pour le forcer à devenir séparatiste.

Réussir ce tour de force alors qu'une étude de la KUL prétend que seul 10% de la population flamande est véritablement séparatiste et que ce nombre ne connaît pas d’évolution, est un exploit.  En refusant de négocier pendant de longs mois, certains francophones ont contribué au succès de la manœuvre -sans doute malgré eux et pour des raisons probablement peu avouables et totalement étrangères à ce débat- mais dans les faits, cela n'a plus que peu d'importance. :-)

Dans ce contexte et sauf improbable revirement de situation, il me semble évidemment impossible d'éviter aujourd'hui un retour aux urnes...  Dans une démocratie, le dernier mot revient toujours au peuple...  Il ne s'agit plus aujourd'hui que de trouver l'occasion, tenter de désigner un coupable et se représenter devant les électeurs pour exiger un mandat clair afin de réaliser cette séparation ou pas.

A tous ceux qui ne souhaitent pas en arriver là, de se mobiliser pour faire entendre leurs voix.  A tous les experts, témoins, médias de prendre leurs responsabilités afin d'expliquer les difficultés, les risques et le peu d'intérêt d'une telle séparation ou pas.  Ce blog continuera plus que jamais à prendre sa part.  ;-) Enfin à tous les politiques de mener campagne, non pas seulement pour être élu voire pour réaliser un programme socio-économique mais également par rapport à cette question !!!