02/02/2007

La collection de Charles Vandenhove

sera exposée au Bonnefante Museum de Maastricht!!!  L'architecte liégeois, concepteur entre autres du Country Hall, a été contraint de prendre cette décision qui le chagrine faute d'avoir pu trouver un accord avec les autorités communales de la ville de Liège.

 

En décembre 2004, il a fondé avec sa femme une fondation afin de s'assurer que sa collection d'art contemporain ne sera pas dispersée.  Cela fait deux ans qu'il était en pourparler avec le Bourgmestre Demeyer et l'échevin Firquet.  Plusieurs projets ont été évoqué avec lui: qu'il aménage un lieu susceptible d'abriter sa collection au Tivoli, la création d'un nouvel espace au Parc de la Boverie, et d'autres...mais rien n'a abouti!!! Une fois de plus...

 

A la ville, on l'accuse maintenant d'avoir voulu monnayer la construction d'un batîment en échange de la mise à disposition de la collection.    Quelle bassesse!!!  A titre personnel, je crois que j'aurais réagi comme lui si tel avait été le cas.  Jean-Pierre Hupkens se dit aujourd'hui prêt à le rencontrer pour aplanir les différents, ce que son prédécesseur Hector Magotte n'avait jamais cru utile de faire.

 

Cette collection sera donc visible à partir du premier mars à Maastricht!!!  Elle vaut des fortunes et intéresse aussi l'université de Gand, par exemple.  Je vous fourni les liens pour vous donner un aperçu de ce que nous manquons...Daniel Buren, Sol Le Witt, Jean-pierre Pincemin, Loïc Le Groumellec, Tapies, Viera da Silva, Hantaï, Kiefer, Boltanski,...Il est évident à la vision de ces oeuvres que cette collection a comme trait d'union une vision de l'art d'une personnalité elle-même artistique.  Quelle tristesse!!!

10/01/2007

Le Country Hall: un gouffre financier!

Le titre n'est pas de moi, mais des journalistes du journal "la Meuse". Deux réunions de crise ont déjà eu lieu...notamment pour faire le point budgétaire de l'outil.

Au rayon des dépenses: il y a le remboursement du prêt de la SLF (intercommunale d'investissement, dont Michel Daerden est président empêché), c'est annuellement 1 255 480 €. Il est vrai que plus de 30 millions d'€ (soit 3 fois plus que pour le Spiroudôme) ont été avancé par la SLF pour l'aménagement du Country Hall. L'ensemble des autres frais (personnel, entretien, consommation, etc), représente un budget de 959 320 €. L'année 2006 était une année test, où les frais de remboursement des infrastructures n'étaient pas encore comptabilisé...la situation change en 2007.

Du côté des recettes, on note un sponsoring de 200 000 € de la part d' Ethias, qui menace aujourd'hui de se retirer...il faut dire que le return de ce sponsoring est loin de les satisfaire, surtout que eux peuvent comparer avec la fréquentation d'autres infrastructures, qu'ils sponsorisent en Flandres. Une allocation de la province de 750 000 € est aussi à mettre au crédit de l'institution. Enfin les ressources générées par l'exploitation du lieu sont évidemment très insuffisantes, en 2006 le total s'élevait à seulement 614 000 €, soit un déficit de 651 000 €.

Le soir publie ces comptes de manière détaillée et on peut y découvrir que la location pour le championnat de tennis de table ne s'est élevée qu'à 5 000€, de même que celle pour le championnat de tennis. Il est évident que louer ce type de salle pour une somme aussi faible ne permettra pas d'atteindre la rentabilité, surtout si on tient compte du contrat qui lie le Country Hall avec Liege Basket une mise à disposition du lieu pour 83 200€/an, qui représente également plus de 18 matchs pour le seul championnat, sans compter les coupes voire les participation aux compétitions européennes. Dans ce cas, c'est même beaucoup moins que 5000€/match. La rentabilité sera totalement impossible à atteindre dans ces conditions, surtout lorsqu'on sait que trois jours ouvrables sont nécessaires pour transformer la salle d'une configuration sportive à une configuration salle de spectacle!!!

D'autant que là aussi, un problème semble se poser, puisque le Forum ne s'est engagé qu'à amener 4 artistes par an pour une location de 15 000 €, soit une location de 3750 € pour remplir un lieu de 7500 places (50 cents/ticket pour des concerts dont les places coûte rarement moins de 25€).

Michel Daerden place les gestionnaires devant leurs responsabilités, tandis que Willy Demeyer a renoncé à ses mandats à la tête de la société du Bois Saint Jean, gestionnaire du site. S'agirait-il d'un nouveau déballage dans la presse du linge sale des socialistes liégeois, dans la guerre des clans qui fait actuellement rage?

13:17 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : daerden, demeyer, ps, country hall |  Facebook |

14/09/2006

De l'ambition pour Liège...

Le promoteur immobilier, Pierre Berryer, vient de racheter la Grand-poste de Liège pour un peu plus de 3 millions d'€...Il compte y inviter le groupe Harrah's dont l'investissement à Maastricht pose problème (600 millions d'€ et 2500 emplois créés, de plus, non-qualifiés, car les casinos ont leur propre centre de formation).  Il faudrait que les Pays-Bas modifient considérablement leur législation pour que le groupe Harrah's procède à cet investissement, les casinos sont un monopole d'État aux Pays-Bas...Je doute qu' Harrah's investisse de tels montants à fonds perdus au seul profit de l'État néerlandais.

 

 

Liège et sa région partagent avec Maastricht la même zone de chalandise...grosso modo l'Eurégio.  Nos infrastructures de communication sont plus performantes, nous avons une gare TGV, par exemple. 

 

Reste à résoudre d'autres problèmes, notamment, le nombre de  machines à sous permises par table de roulette (tous ceux qui ont fait une excursion à Las Vegas voient de quoi je parle, on est à 1000 machines par table tandis que nous en sommes restés à 10 en Belgique).  Cette législation censée protéger les joueurs est totalement obsolète depuis l'ouverture de salles de jeu, "luna parks", dans presque tous les quartiers des grandes villes belges (180 en tout) et ce, sans table de roulette avec du personnel.  De plus, il me semble certain qu'un casino comme Harrah's concernerait moins les joueurs pathologiques que les touristes attirés par le côté festif et loisir d'une telle infrastructure. Sans oublier l'aspect culturel, Harrah's, ce sont aussi les shows de Celine Dion et les championnats du monde de Boxe...

 

Le nombre de licence de casinos est strictement réglementé en Belgique. Seules les villes d'eau avaient, à l'origine, le droit d'ouvrir un casino.  L'ouverture d'un casino à Bruxelles a créé un précédent. Pierre Berryer croit qu'une ouverture à Liège pourrait être compensée dans le cadre de nos marchandages communautaires par une ouverture à Anvers.  Je suis plus sceptique à ce sujet...Mais pourquoi ne pas songer à Chaudfontaine, par exemple...? Dans ce cas, ce serait un problème de moins à résoudre.

 

En tout cas, je suis favorable à l'initiative et, depuis longtemps, j'avais interpellé tous les présidents de parti, dont le mien à ce sujet, il y a plusieurs mois déjà...en fait dès que la presse avait annoncé le projet d' implantation à Maastricht.

11/09/2006

Le Gre réfléchit à la création d'un mégamusée

Dans "La Meuse" d'aujourd'hui, nous apprenons que le Gre réfléchira ce soir à la création d'un mégamusée de nature à replacer la ville de Liège sur la carte culturelle européenne.  Il est question dans cet article d'une collaboration avec Saint-Petersbourg ou Venise.  C'est une excellente initiative que je ne peux qu'applaudir.  Dans l'étude "Liège 2020", Jouvenel insistait sur les exemples de Lille ou Bilbao dont les infrastructures culturelles (Lille, capitale culturelle européenne 2004 et installation d'une succursale du musée Guggenheim à Bilbao) avaient permis un développement du tourisme (le musée Guggenheim attire plus de 2 millions de visiteurs par an dans cette ville qui était surtout jusqu'alors une ville industrielle), mais également d'attirer des investisseurs.  A ce propos, il n'est pas inutile de rappeler que Liège a également profité d'un outil touristique comme les Thermes et le casino de Spa, à une autre époque...Lorsque la Russie tsariste s'y précipitait et ramenait dans ses bagages des wagons entiers de verreries des cristalleries du Val Saint-Lambert, par exemple.

 

J'aimerais ici attirer l'attention sur le fait qu'entre les deux formules, l'une me semble largement préférable...le musée Guggenheim à Bilbao.  En effet, un opérateur tel que Guggenheim, n'est pas seulement le gestionnaire d'une collection d'envergure, mais également un opérateur culturel international.  Ils organisent des expositions dans leurs musées de New-York, dans lesquels sont exposés les artistes les plus recherchés du moment, ils ont des contrats avec eux et peuvent facilement les décider à faire tourner leurs oeuvres ou leurs expositions à travers le monde.  Bilbao est une succursale qui profite bien évidemment de cette notoriété et de ce savoir-faire. Les visiteurs de Bilbao ne s'y trompent pas.  Visiter Bilbao est une alternative à une visite du musée original à New-York.

 

La culture s'est également mondialisée, le projet de Guggenheim est de bâtir plusieurs filliales du même type que Bilbao, à travers le monde (5 seraient déjà prévues).  On peut le regretter ou pas, mais ce phénomène est également à l'oeuvre dans des industries comme Disneyland, le groupe de casino Harrah's (Caesar palace) ou plus modestement comme les franchises "Hard Rock Café".  Une fois qu'un concept fonctionne à un endroit, on peut le dupliquer en apportant quelques aménagements cosmétiques partout dans le monde.  Notre culture est mondialisée, les stars de la musique, de la peinture, du cinéma sont devenues des stars mondiales.  Ces grands opérateurs culturels mondiaux ont un avantage concurrentiel important par rapport à des opérateurs locaux, même si un artiste de Bilbao, pourra maintenant percer plus facilement sur la scène internationale, s'il est accrédité par le Guggenheim de Bilbao.

 

Si nous voulons garantir une certaine pérennité de nos modèles culturels européens, il est important que nos opérateurs culturels européens, eux aussi envisagent leur avenir dans un monde globalisé.  La notoriété de certains est très importante à l'extérieur: Le Louvre, Le Centre Pompidou, le musée des Offices de Florence, l'Ermitage de Saint-Petersbourg, le Palazzo Grassi de François Pinault à Venise, etc.  Si nous réussissons à implanter une succursale d'un opérateur culturel de ce niveau à Liège, son succès sera immédiat et dépassera largement toutes les initiatives que nous pourrions prendre par nos propres moyens.

 

Pour réussir ce challenge, nous pouvons aujourd'hui compter sur quelques atouts indéniables: gare TGV, aéroport de Bierset, réseau autoroutier et, surtout, notre situation au coeur de l'Eurégio, au coeur de

l'Europe et à moins d'une heure à peine de sa capitale.  Pour tirer parti de ces atouts, il faut la volonté politique, celle qui fédère l'ensemble des énergies et initier un démarchage pro-actif de tous ces interlocuteurs potentiels.

 

Commune envie de faire mieux et c'est possible! 

 

 

12:51 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gre, elections communales, mr, elections, liege, musee, culture |  Facebook |

30/08/2006

 Le Mamac: un outil culturel sous-utilisé?

Hier, j'ai été visité le Mamac (Musée d' art moderne et d'art contemporain de Liège), je vous raconte...A mon arrivée, le guichet est désert.  Je m'apprête à entrer, une personne m'interpelle.  Je lui dis que je souhaite visiter le musée.  Elle me répond après avoir avalé une gorgée de coca à même la bouteille pour faire passer le reste de son sandwich: "Ah ça, c'est moi".  Pas cher, 3,80€ l'entrée (2,5€ pour les seniors, les étudiants et les groupes).

 

 

Les collections du Mamac sont vraiment somptueuses: Picasso, Gauguin, Monet, Pissaro, Chagall, mais aussi deux superbes bronzes de Rodin, dont le célèbre "baiser" pour les déjà classiques.  Des artistes belges: James Ensor, Permeke, entre autres.  Des représentants de l'art contemporain et notamment du groupe Cobra: Alechynski, Karel Appel, Poliakoff.  Le musée, créé à l'occasion de l'exposition universelle de 1905, déborde de luminosité, les hauteurs sous plafonds sont impressionantes.  L'accrochage des collections est limpide et didactique.

 

Ces collections permanentes sont pour le moment complétées par des oeuvres contemporaines (dont Roy Liechtenstein, par exemple), provenant de 24 Musées de l'Eurégio, qui ont distribué, de manière aléatoire, 20 oeuvres de leurs catalogues chacun.

 

Monet et les impressionistes

Artistes contemporains liégeois

 

J'ai regretté toutefois, l'absence de catalogue, seul un très vague prospectus renseigne les visiteurs.  L' art contemporain, à la différence des classiques, doit être expliqué, s'il veut être compris.  Les gardiens ne se font toutefois pas prier pour donner quelques explications.  Il est vrai qu'ils ne sont pas surmenés, j'ai compté 5 gardiens pour...5 visiteurs (un couple avec une adolescente, un amateur d'art qui semblait averti, et moi).  Avec 10 000 visiteurs par an (30/jour environs), le Mamac se situe désormais loin derrière son concurrent Maastrichtois, Le Bonnefanten Museum, aux collections pourtant beaucoup moins riches, qui lui, compte 120 000 visiteurs/an. 

"Le printemps" et le célèbre "baiser" de Rodin

Comme l'expliquait son directeur sur les ondes liégeoises, il y a quelques semaines, ce résultat flateur est le fruit d'un travail de fond entrepris depuis des années pour impliquer l'ensemble des acteurs locaux, y compris les entreprises de sa région, dans cet outil.  La liste des sponsors du Bonnefanten est éloquente.  Ils s'en servent, par exemple, comme lieux de réception de prestige pour leurs événements.  A Liège, les milieux artistiques débordent de vitalité, nous comptons des galéristes entreprenants; les amateurs d'art ne manquent pas et nous comptons même des collectionneurs de stature internationale. 

 

Que manque-t-il pour faire du Mamac, un outil performant au service de sa région?  La volonté politique?

 

Commune envie de faire mieux, et j'y crois... 

 

  

12:51 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mamac, musee, liege, mr, culture, elections communales |  Facebook |

09/08/2006

Le cirque des variétés

Je me souviens de la dernière fois où j'ai été à un spectacle au Cirque des variétés(3500 places), c'était un concert du groupe Aka Moon (un groupe de Jazz serésien, qui venait de cloturer une tournée de 3 ans aux quatre coins du monde).  La salle était pleine, ce fut un triomphe...ma maman assistait au spectacle, elle a toujours été passionnée de Jazz.  Pendant ses études aux Etats-Unis dans les années soixante, elle fréquentait les bars de Chicago ou de New-York, pour écouter les plus grands.

 

Aujourd'hui, le bar de Joseph a fermé depuis bien longtemps, rue du Stalion, le Cirque Divers également (il réouvre parfois pour des soirées House-techno underground), ce n'est pas le même public, il ne reste plus d'endroit pour des programmations culturelles moins grand public mais de qualité.  Au Cirque des variétés, on a pu écouter les débuts de Starflam, le premier festival des voix de femmes, et même y voir un spectacle du vrai Buffalo Bill au début du siècle.  Comment en est-on arrivé là???

 

En fait, l'Asbl gestionnaire du site a sous-loué une partie du bâtiment à une Asbl de la police, chargée de formation en matière de prévention routière.  Celle-ci a coulé, sans une étude de stabilité préalable, une dalle de bêton au troisième étage sous la salle de spectacle, qui a déstabilisé l'ensemble de l'édifice, le rendant impropre à toute organisation d'événement.

 

 

L'asbl du Cirque des variétés était pourtant largement subsidiée (625 000€ des pouvoirs publics (ville, province, région), 200 000€ de la fondation Roi Baudouin et le reste du bénéfice d'exploitation de l'Asbl, environs 375 000€), les pouvoirs publics y étaient représentés, comment commettre une telle erreur de gestion???  En tout cas, cela prive la police de lieu pour organiser ses formations en matière de sécurité routière et les amateurs de musique d'un lieu à la programmation particulièrement dynamique.  (plus d'infos)

 

Commune envie de ... faire mieux, et c'est possible!!!

16:24 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cirque des varietes, culture, liege |  Facebook |

Gilles Motte dit Falisse prend contact avec moi

Hier soir au moment où j'allais me mettre à table, je reçois un coup de téléphone de Gilles Motte dit Falisse, qui a pris connaissance de mon article sur ce blog (voir urbanisme, "La campagne électorale a commencé")...Son invention est breveté mais pas encore complètement...des frais supplémentaires sont nécessaires (environs 23 000 €) pour compléter les démarches qu'il a déjà entreprises.  Le délai est court, 3 mois et même moins d'un mois avant que cela ne coute plus cher, son agent est le bureau Gevers (bien connu dans le domaine).  Il a rencontré des gens de la SPI et de l'Awex, mais rien ne bouge et maintenant cela devient urgent. 

 

Si rien n'est fait, nous risquons de voir s'envoler les droits sur une invention wallonne, que le monde nous envie.  Une exposition de ses animaux, réalisés sur base de ce brevet, a attiré 3,5 millions de visiteurs à Taiwan. 

 

Je sais que ce blog est visité par des personnes qui ont les moyens d'aider Gilles, qu'ils se mobilisent, qu'ils nous donnent les infos, personnes de contact et organisme à contacter

 

De mon côté, je prends immédiatement contact avec les personnes dont je suppose qu'elles pourront nous aider...Je ne connais pas grand chose dans la législation des brevets, ni dans les programmes d'aide de la région wallonne, qui pourraient servir.

 

A suivre, 

12:57 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/08/2006

La tour cybernétique du Parc de la Boverie

Dans le parc de la Boverie, juste à côté du Palais des Congrès, se trouve la tour cybernétique de Nicolas Schöffer.  On peut discuter de manière interminable sur les qualités esthétiques du monument...personnellement, je suis très réceptif à l'art contemporain (c'est la première oeuvre contemporaine à avoir reçu l'agrément des autorités communales en 1961) et la cybernétique m'intéresse naturellement puisque j'ai fait des études en Philosophie et que je me suis intéressé aux recherches en intelligence artificielle.  En tout cas, dans le genre, il s'agit d'un monument incontournable...Schoffer a même été pressenti pour implanter une tour similaire mais bien plus gigantesque (324 mètres) à la Défense à Paris en 1986 et même en lieu et place des tours du 11 septembre à New York. 

 

 

A droite de l'image

 

Cette tour est presque "vivante" puisqu'elle interagit avec son environnement (vent, bruit, température, hygrométrie, etc...) et produit des sons et lumières de manière autonome.  Elle a été classée en 1997, en même temps que le Palais des Congrès, qui a été suite à cette procédure de classement entièrement rénovée.  Une Asbl, récoltant des fonds privés a même été constituée, l'omniprésent Laurent Minguet figure même parmi les mécènes.

Aujourd'hui

 

Mais depuis, on a oublié la tour cybernétique, qui pourrit sur pied rongée par les feuillages des arbres environnant.  Dommage... 

22:50 Écrit par Philip Hermann dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |