11/02/2008

L’ affaire Onckendaele

Maître Onckendaele, que l’on avait connu plus en verve, prétend pour se défendre que cette note, publiée ce jeudi dans Le VIF, n'a rien d'indécent.  Il y demande avec insistance à Frédéric Delor, directeur du centre d'étude du PS (Institut Emile Vandervelde) et intime du président Elio, d’intervenir auprès du réseau socialiste en place pour lui attribuer des flux d’affaires. Il s’agit pour lui de la pratique courante, rien de choquant à cela !!!  Après tout, il est le patron d’une petite PME soucieux de préserver l’emploi de son personnel. 

Je ne peux quant à moi m’empêcher de songer à d’autres petits patrons de PME,  qui ont du être bien marris, eux aussi, de se voir priver de ces “Flux” de revenus, au grand dam de leur propre personnel d'ailleurs…sans autre raison, sans doute, que la proximité de cet avocat avec les plus hauts cercles de pouvoir.  Mais pas de quoi en faire un plat, just business as usual dans le petit monde du politique business PS.

Les avocats, qui ne bénéficient pas de tels appuis : les petits, les sans grades, qui ne naviguent pas dans ces hautes sphères doivent à juste titre eux aussi être indignés, comme doivent certainement être  dégouttés les grands cabinets d’affaires internationaux, notamment anglo-saxons ou mieux scandinaves, par l’affairisme de nos politiques wallons, sensés pourtant oeuvrer avant tout pour le bien public…Quelle honte !!!

Nous pourrions aussi évoquer l’affaire DC& co (le cabinet révisoral, créé par Daerden senior et récemment revendu à son fils pour plus de 10 millions d€.  Il est vrai qu'il contrôle la quasi totalité des entreprise para-publiques wallonnes), le cabinet d’architecture et d’urbanisme de la maîtresse de Bernard Anselme, les sociétés de conseils en communication, qui oeuvrent parfois à vil prix pour un parti ou un homme politique, dans l’espoir de se voir attribuer par la suite les juteux contrats PUBLICS, ou encore les entreprises d’aide à la récolte de subsides auprès du gouvernement wallon, dirigées par d’anciens membres de cabinets.  Toutes ces affaires sont désormais publiques, révélées…

Quelle est la défense de Madame Onckendaele ?  Voici une interview éclairante, réalisée par l’excellent Mathieu Col sur Mint.  Je remercie au passage Mateusz Kukulka , journaliste à la DH, auteur de l'excellent Politique Show de me l’avoir fait découvrir.  

Elle y regrette que l’attribution des marchés publics pour les avocats ne soit pas réglée par des appels d’offre.  Ce serait la cause de tous les soucis de son mari, dont elle note au passage qu’il ne s’est pas adressé à elle pour obtenir une faveur.  On croit réver !!! J’espère que dans leur couple, ils ne s’envoient pas encore des notes ; mais bon ça c’est du privé.  Par contre, je n’ai pas de mot pour qualifier l’hypocrisie de celle-ci.  Dans cette interview, elle  s’étonne comme un simple citoyen pourrait le faire que ces procédures ne soient pas plus transparentes.  

Madame Onckelinks, c’était bien notre précédente Ministre de la Justice !  Elle n’était pas une simple citoyenne lambda.  Aujourd'hui il est avéré qu'elle était au courant du problème, que ce problème la concernait au premier chef puisqu’il s’agissait de son mari, que la situation la gênait mais qu’elle n’y a rien fait.  Pourtant comme Ministre de la Justice, elle avait le pouvoir d’agir, ce problème était dans ses attributions, dans son domaine de compétence.  C'était son devoir d'agir!!!  

Pourquoi n’a-t-elle pas pris les mesures pour assainir la situation, pour se prémunir d’éventuelles suspicions ?  Elle pouvait le faire mais elle a préféré attendre que le problème éclate au grand jour pour commencer à penser que tout cela était malsain.  On la payait pour quoi exactement comme Ministre ?  J’hallucine.En Flandres, Fientje Moermans, Ministre Régionale de l’Economie,  a récemment présenté avec dignité sa démission pour bien moins que cela : il avait été démontré que des proches de sa commune avait eux aussi bénéficié de quelques contrats de consultance…sans suspicion d’ailleurs qu’elle ait retiré un quelconque profit dans l’opération.   Ici, nous parlons bien de Flux de contrats !!! L’estompement de la norme semble tel au PS, qu’ils ne semblent même plus capable d’analyser la nature des problèmes.  Inquiétant !!!

17/01/2008

Affaire Lizin...

Le commentaire que j'ail laissé sur le blog d'élio.

Nous savons depuis les révélations de Charleroi, que le principal mal wallon provient de sa mal gouvernance. Je lis ici que cela importe peu à certains des visiteurs de ce blog.

Et pourtant, il s’agit d’un problème majeur. Monsieur Di Rupo s’étonnait récemment lors d’un débat télévisé du fait que les investisseurs avaient déserté la Wallonie et qu’ils n’étaient toujours pas revenus.

Comment leur jeter la pierre? Si les subsides se répartissent entre amis (ces industriels complices, qui ne prennent d’ailleurs jamais plus aucun risque, puisque leurs réseaux de relations, leur offrent tant et plus d’occasions de s’enrichir sans en prendre), si les projets nés de manière autonome se heurtent à des murs incompréhensibles, ou encore si tout n’est jamais permis qu’à ceux qui fréquentent les bons cocktails entre amis ou les garden partys.

L’ utilisation illégitime de certaines cartes crédit ne sont qu’un signe de l’incurie de certains responsables politiques. Comment croire que quelqu’un peut être productif et accomplir sérieusement son travail, s’il dépense en moyenne 150€ jour à midi dans des restaurants étoilés. Que personne n’essaye de me faire croire qu’il ne passe pas son après-midi à…digérer. Comment croire que certains gèrent leurs administrations, si on découvre par leurs notes de frais, qu’ils sont en voyage 6 mois par an?

Faire preuve de laxisme sur ces détails, c’est faire aussi preuve de laxisme pour le reste. Certes, pas d’hypocrisie, on n’invite pas un investisseur sérieux à manger une frite chez Albert mais il y a de la marge avec les abus qui sont aujourd’hui révélés et qui témoignent de l’existence d’un système. Prendre conscience de cela et y faire quelque chose, doit être une priorité. Ce n’est pas une tâche facile, c’est difficilement conciliable avec des objectifs électoraux à court-terme mais c’est ce dont la Wallonie a besoin et c’est la seule attitude responsable.

 

11:17 Écrit par Philip Hermann dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : anne marie lizin, ps, elio di rupo, huy, charleroi |  Facebook |

30/10/2007

Bart De Wever ne s'excuse pas pour la shoah.

Hier dans le Standaard, Bart De Wever, conseiller communal à Anvers, a publiquement pris ses distances avec les excuses formulées par le bourgmestre d' Anvers, Patrick Janssens, pour le rôle des autorités communales de cette ville dans la mise en oeuvre de la Shoah.

deweverenlepen

Il est en effet avéré depuis une étude commandée au SOMA (Studie en documentatiecentrum Oorlog en hedendaagse maatschappij) par Guy Verhofstadt que sans la collaboration active des autorités communales d' Anvers le nombre de juifs déportés par les allemands aurait été bien moins élevé.  Quelques preuves:

  • Elles ont d'abord procédé à des razzias dans les rues.  Dans un second temps, elles ont collaboré aux enquètes et à la traque en fournissant des informations.  Enfin elles ont procédé elles-mêmes aux arrestations.
  • Lorsque les allemands ont exigé des autorités anversoises qu'elles leur livrent 1000 juifs durant l'été 1942, celles-ci ont diligenté leur tâche avec zèle en leur livrant 1243 futurs déportés (25% de plus).
  • Le taux de déportation des juifs à Anvers suite à cette collaboration, s'est élevé à 67% à comparer avec les 35% dans des villes comme Bruxelles, Gand ou Liège, qui ont refusé leur assistance à l'occupant ou du moins qui y ont mis moins d'ardeur.  A titre de comparaison encore, il faut rappeler l'héroïsme de la population danoise, qui suivant l'exemple de leur roi, n'a pas hésité à arborer des étoiles juives lorsque les allemands ont exigé des juifs qu'ils se distinguent du reste de la population.
En s'excusant pour la première fois au nom des institutions de la ville auprès de l'importante communauté juive anversoise, Patrick Janssens a accompli un acte responsable, dont il faut saluer l'importance. 
 
Bart De Wever refuse quant à lui de s'associer à ce geste, dans lequel il ne voit qu'une manoeuvre politique à l'encontre du Vlaamse Belang.  Pour lui, ce geste est gratuit.  Il n'hésite d'ailleurs pas à rappeler à cette occasion l'occupation en Palestine par les israéliens. 
 
Comment expliquer cette scandaleuse prise de position?  Sinon, par les heures les plus sombre du nationalisme flamand, dont beaucoup de ténors au cours de la seconde guerre mondiale ont rallié les thèses des Nazis.  Il voyait dans cette occupation par des frêres germains, le moyen de s'affranchir de la domination francophone sur la Belgique. 
 
Comme tous les nationalismes, le mouvement nationaliste flamand est forcément idéaliste: il rêve d'un combat flamand sans tache, idéalisé au travers de l'histoire.  Il ne peut permettre que certains de ses chantres soient confrontés avec leur passé, leurs actes, leurs erreurs.  C'est une vision romantique, romancée et forcément fausse.
 
Bart De Wever peut-il être ministre fédéral?  Est-il encore possible de former un gouvernement avec la NVA?   

17:46 Écrit par Philip Hermann dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bart de wever, anvers, patrick janssens, soma, nva, nationalisme, flamand |  Facebook |

12/02/2007

 Difficile réforme de l'ordre des médecins

Il y a quelques jours le sénat à approuver une importante réforme du conseil de l'ordre des professions de santé.  Nous vous en avions déjà parlé par ailleurs. Mais surtout la proposition crée surtout un conseil supérieur de déontologie pour les professions de santé.  C'est désormais à la chambre de se prononcer.  Mais ce projet risque bien d'échouer sur un écueil imprévu par ses auteurs.

 

Depuis quarante ans pourtant, le monde médical, lui-même, planche sur une réforme de l'ordre des médecins.  Accusé par beaucoup de corporatisme, d'irrespect des droits de la défense par certains médecins, l'ordre des médecins est appelé à trancher disciplinairement nombre de litige portant sur la déontologie et sur l'éthique médicale.  Même si nous avions soulevé précédemment certains problèmes posés par cette proposition de loi (VLD), qui ne semblait pas accordé suffisament d'importance aux médecins à notre goût dans ce nouveau conseil de la santé.

 

Depuis des années, plusieurs réformes ont échoué et cela risque bien d'être également le cas de celle-ci.  Le problème est d'ordre communautaire.  La loi prévoit que les médecins, habitants les communes à facilités de la périphérie bruxelloise, auraient le choix de s'inscrire au rôle francophone ou néerlandophone.  Ce n'est que la prolongation de la situation actuelle, mais cela ne convient pas au CD&V...pour qui ce statut-quo est désormais inacceptable. 

 

Les échanges de noms d'oiseaux, qui ont eu lieu entre le VLD et le CD&V, sur cette question, enterrent pour de bon cette réforme aux oubliettes des frigos communautaires...

 

Cet article a d'abord été publié sur le site de www.medicalservices.be

09/02/2007

Test de paternité en ligne !?!

Jusqu'il y a peu, réaliser un test de paternité dans un hôpital ou un laboratoire belge, s'effectuait uniquement sur base d'une demande formulée par la justice, soit nécessitait le respect de règles éthiques strictes, comme par exemple le consentement éclairé de toutes les parties concernées à la cause.  Seuls 9 laboratoires sont agréés en Belgique pour procéder à des identifications génétiques.

 

Avec Internet, tout cela risque bien de changer radicalement très rapidement.  En effet dans d'autres pays et notamment au Brésil, ces tests font parfois l'objet de reality show télévisé d'un goût pour le moins douteux, où des participants apprennent en direct qu'ils ne sont pas le fils de leur père mais bien de tel ou tel!!!

 

Aujourd'hui des laboratoires privés, en l'absence de tout contrôle, permettent de réaliser des test de paternité à partir de traces d' ADN, prélevées sur une tetine, un mégot, un cheveu, de la cire d'oreille, des couches, etc...  Il suffit de commander ce test sur internet et la réponse vous parvient dans les 3-15 jours suivant votre demande. (voir google par exemple)

 

Situés pour la plupart à l'étranger, ces laboratoires privés connaissent une activité en croissance constante sans qu'aucune législation ne puisse contrôler le phénomène.  Une jeune députée CDH essaye pourtant de légiférer dans cette matière, les don quichottes de l'inutile m'ont toujours interrogé.  En effet, si je suis pour la paix des familles et des ménages et donc assez opposé à ce genre de pratique, il me semble désormais tout à fait inutile de les empêcher au niveau simplement belge sauf à vouloir les interdire au niveau planétaire.  D'un point de vue économique, c'est se priver d'une source d'activité...inutilement.

 

Le comité consultatif de bioéthique belge multiplie les mises en garde contre ces pratiques qui peuvent déstabiliser durablement l'équilibre d'une famille.  C'est déjà plus utile: donner une information claire sur les risques que ce genre de test peut faire courrir à une famille, par ailleurs équilibrée!!!  Prévoir un personnel d'assistance psychologique formé à ce genre de cas !!!

 

Cette news a d'abord été publiée sur le site de medicalservices.be

12:59 Écrit par Philip Hermann dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : test, cdh, paternite, adn |  Facebook |